www.snuipp.fr

SNUipp-FSU 95

Recherche par mots clé

Vous êtes actuellement : Archives  / Archives 2008 2009 

fontsizeup fontsizedown impression s'abonner  à la rubrique {}
5 janvier 2009

Un CDEN... peu ordinaire

Le 17 décembre 2008 : Un CDEN... peu ordinaire.

Après un rassemblement réussi de plus de 500 personnes (enseignants, parents, élus…) devant la Préfecture de Cergy, les travaux du Conseil Départemental de l’Éducation Nationale se sont engagés et ont donné lieu à 3h30 heures de vifs échanges et débats sur l’école… Convoqué par le Préfet du Val d’Oise (absent lors de cette commission !) pour faire le bilan de la rentrée 2008 et envisager les perspectives pour 2009, le CDEN du 17 décembre 2008 restera marqué par la convergence des critiques fortes exprimées par l’ensemble des acteurs. Ainsi, après la déclaration préalable commune des représentants du personnel et des parents pour protester contre les mesures ministérielles et leur déclinaison départementale, celle du représentant des maires allant dans le même sens, c’est ensuite d’autres élus locaux qui prennent le relais pour rappeler la vive inquiétude de tous sur la désorganisation de l’école, sur le manque de visibilité globale et surtout l’absence totale d’un véritable dialogue social.

Un vœu commun à l’initiative du SNUipp a été présenté à cette commission. IL a été voté à l’unanimité moins une abstention (la PEEP). L’IA s’est engagée à le transmettre au ministre.

La suite du CDEN fut à cette image, les représentants des collectivités locales, la FCPE et les représentants des enseignants, chacun reprenant à son compte les arguments des autres, pour dénoncer l’ensemble des « réformes » ministérielles et porter des propositions oeuvrant dans l’intérêt des élèves.

Un bilan chiffré mais pas d’orientation !

Le SNUipp est intervenu sur tous les dossiers prévus à l’ordre du jour : bilan global les Rased, la scolarisation des moins de trois ans, l’enseignement des langues, la scolarisations des élèves en situation de handicap, l’accompagnement éducatif, les stages de remise à niveau …. Dans la suite de ce compte rendu sont exposés, de manière non exhaustive, des éléments sur ces différents dossiers ayant fait l’objet des débats lors de ce CDEN.

- Les Rased :

Mme l’Inspectrice d’Académie a précisé qu’il ne s’agit pas de suppression mais de « sédentarisation ». Elle argumente sur le fait qu’il n’y a pas de programmation annuelle des suppressions, que les départs en formation E et G sont maintenus…. Le SNUipp a vivement réagi à ces propos. Que le ministre joue sur les mots pour tromper l’opinion publique est une chose, mais ce type de « ficelle » ne peut pas être présenté devant les membres du CDEN qui sont des acteurs du système éducatif, rompus à certains rouages de l’éducation nationale et qui ne peuvent être convaincus par de tels propos.

Les éléments présentés par l’IA sont des concessions faites par le ministre en décembre pour essayer d’éteindre la contestation dont il est obligé de reconnaître qu’elle n’est pas uniquement portée par « des syndicalistes ». Les 3000 postes sont bien des suppressions et ne peuvent être désignés autrement quand on connaît le fonctionnement des écoles.

L’IA indique que deux systèmes vont coexister l’année prochaine : le système actuel des Rased et un système plus proche des écoles qu’il faudra définir suites aux instructions ministérielles et rectorales. Nous avons tous fait part de l’attachement de l’ensemble de la communauté éducative au Rased et demandé l’abandon des 3000 suppressions et le développement de ces réseaux.

- Les effectifs :

On constate, sans surprise une montée des effectifs. On enregistre une évolution de + 261 élèves en maternelle et + 303 élèves en élémentaire + 23 en spécialisé soit un total de +587 élèves par rapport à l’année dernière. Des chiffres en progression partout, sauf pour les moins de trois ans qui servent de variable d’ajustement : la montée des effectifs en maternelle et l’absence de volonté gouvernementale sont les causes de cette régression.

- Maternelle et scolarisation des moins de trois ans :

La montée des effectifs rend plus difficiles les conditions de fonctionnement dans les écoles. Les seuils d’ouverture (30 par classe en moyenne) sont trop élevés au regard des attentes vis-à-vis de cette école et des enjeux qu’elle porte. Le Val d’Oise connaît encore une nouvelle fois une dégradation de la scolarisation des moins de trois ans. Le taux de scolarisation dans notre département passe de plus de 20% en 2000 à 8,5% en 2008. Nous avons renouvelé notre demande d’obtenir une étude plus précise sur la commune d’Argenteuil qui pouvait ainsi être représentative de la situation d’une grande agglomération avec un nombre important d’écoles en zone prioritaire.

- La scolarisation des élèves en situation de handicap :

Le nombre de scolarisation individuelle en milieu ordinaire ne cesse d’augmenter : en 2007-2008 on enregistrait 1274 scolarisations dans le 1er degré et 1493 en 2008-2009 soit + 219 intégrations. De même, le département enregistre une montée des effectifs en CLIS et en UPI. Nous avons alerté l’IA sur les conditions de scolarisation parfois au delà des capacités maximum comme en UPI TFC (Troubles importants des fonctions cognitives).

Au delà des besoins de formation, d’accompagnement des enseignants et des difficultés inhérentes à la réussite des intégrations en classe ordinaire nous avons demandé qu’un point soit fait sur : les enseignants référents et leur condition de travail, le recrutement des AVS….

L’IA a rappelé l’effort consenti avec l’augmentation du nombre de Référents à cette rentrée. Elle a reconnu certaines difficultés à couvrir les besoins liés au manque de candidatures pour ce type de poste.

A ce jour, l’inspection nous assure couvrir tous les moyens d’accompagnement inscrits dans les PPS. Nous avons rappelé que la décision de réduire à 80 % le temps d’exercice pour les AVS faisait perdre encore plus d’attractivité à ces emplois déjà difficiles, peu rémunérés et qui n’offrent aucune perspectives d’évolution. Sur la question de la formation, l’IA a assuré qu’un plan de formation sera bien proposé aux AVS cette année et pour les EVS une relance auprès du Greta est en cours.

- L’enseignement des langues :

On dénombre 94,3% d’écoles où se pratiquent l’anglais contre seulement 5,1 % l’allemand et 0,5 le portugais. Le manque de diversité est ainsi flagrant et loin des moyennes nationales.

Nous avons interrogé l’IA sur la réalité de la couverture en cycle 3 et avons dénoncé les pressions qui s’exercent sur les collègues. L’enseignement n’est pas l’initiation et il est inadmissible que des collègues non habilités soient contraints d’assurer cet apprentissage. Les attentes liées à cette discipline posent la question de la polyvalence des équipes en lien avec une véritable formation et un réel accompagnement.

Les orientations actuelles ne vont pas de ce sens. Il existe dans notre département des formations longues liées aux stages filés des PE2 qui sont vouées à disparaître avec la réforme du recrutement des enseignants.

Nous avons également soulevé la question des outils d’évaluation départementaux et des dispositifs de liaison CM2-6ème.

- Stage de remise à niveau :

Le bilan contenu dans les documents ne présente que des éléments chiffrés portant sur le nombre d’élèves accueillis dans le Val d’Oise sur les trois périodes de l’année précédente. Il fait apparaître une baisse de fréquentation sur le stage de la semaine de prérentrée en août 2008. L’IA explique cette baisse par le retour tardif de certaines familles lors des vacances d’été…

Le SNUipp est intervenu pour souligner à quel point ce dispositif ne constitue pas une réponse appropriée et concerne très peu d’élèves (0,03% des élèves de CM1 et CM2 du Val d’Oise). On est et loin des 15% d’élèves en échec scolaire…

D’autre part le bilan établit par l’IA ne fournit aucune donnée sur la répartition géographique de ces stages, sur le profil d’élèves concernés et celui des familles et surtout aucune évaluation ne semble être engagée pour mesurer l’éventuelle efficacité d’un tel dispositif.

 

85 visiteurs en ce moment

*Top

SNUIPP95 - Maison des Syndicats 26 rue Francis Combe 95014 Cergy Cedex - tél. 01 30 32 21 88 - Fax :01 30 32 39 12

snu95@snuipp.fr


©Copyright 2006 - SNUipp-FSU 95 , tous droits réservés.