www.snuipp.fr

SNUipp-FSU 95

Recherche par mots clé

Vous êtes actuellement : Archives  / Archives 2008 2009 

fontsizeup fontsizedown impression s'abonner  à la rubrique {}
22 janvier 2009

CAPD : compte rendu du groupe de travail du jeudi 22 janvier

Groupe de travail du 22 janvier 2009 :

RASED, le flou artistique !

Démarche !

Après la déclaration du SNUipp (consultable sur le site), Madame l’Inspectrice d’Académie expose sa démarche : rencontre avec l’ensemble des enseignants E et G, échanges avec les responsables des associations E et G, Groupe de travail avec les représentants du personnel. Elle explique qu’elle est à l’écoute, souhaite qu’émerge une solution construite à partir de cette démarche.

Nous précisons en premier lieu à Madame l’Inspectrice d’Académie qu’en aucune façon notre présence à ce groupe de travail ne peut être interprétée comme un assentiment ou une quelconque adhésion à ces propositions ou décisions de fermetures. Nous réaffirmons notre totale opposition aux fermetures de postes de Rased comme l’ont signifier tous les maîtres E et G du département convoqués à une réunion de travail par l’IA. Les retours de ces réunions font toutes état de la déception, de la colère, de l’amertume et même de la méfiance des personnels envers l’institution.

Et concrètement ?

Les suppressions prévues au niveau ministériel devaient se décliner dans le Val d’Oise par la fermeture de 86 postes de Rased sur un effectif total de 293 postes (213 E et 80 G).

La mobilisation de toute la communauté éducative a contraint le ministre à changer de discours vis à vis du traitement de la difficulté scolaire et annoncer des évolutions sur les RASED. Ainsi sur le département, les 86 suppressions prévues devraient se traduire par la suppression effective de 43 postes et le maintien des 43 autres en « surnombre ».

L’IA annonce qu’il y a environ 40 postes vacants sur le département occupés par des faisant fonction.

Aucun document de travail ne nous a été remis lors de cette réunion. Suite à notre demande, l’IA s’est engagée à nous les transmettre avant le prochain groupe de travail.

Ces postes seront fermés mais cette mesure sera accompagnée nécessairement d’un redéploiement départemental puisque ces postes ne sont pas uniformément répartis sur le département. De plus le redécoupage des circonscriptions en 2006 n’a jamais été suivi d’un rééquilibrage de ces moyens. En clair, cela implique que des personnels titulaires seront touchés par une mesure de fermeture, les postes devant être redistribués selon les besoins du département.

Est prévue également, pour ceux qui le « désirent », la possibilité de reprise d’une classe ordinaire avec maintien des indemnités. Dans cette configuration, la personne sera considérée comme « personnel ressource » sur l’école et conservera le bénéfice de ces indemnités. Nous n’obtenons aucune réponse claire sur cette nouvelle dénomination.…

L’IA précise que 43 autres postes doivent être « sédentarisés » sur une école ou groupe scolaire. Comment et dans quelles conditions ?

Sur ce point, malgré nos différentes interventions, aucun signe et aucun élément ne permettent d’expliciter ce qui se cache exactement derrière cette notion. Les personnels seraient sensés continuer à exercer leur mission : Ils n’auraient pas la responsabilité d’une classe, ils conserveraient leur mission en regard de leur spécialisation et continueraient à fonctionner en réseau...

Nous faisons remarquer que dans les projets de circonscription existants antérieurement figurent des choix qui s’apparentent à la « sédentarisation » de postes spécialisés sur un groupe scolaire ou même une école. Cela relève de l’application des textes réglementaires. Chaque inspecteur de circonscription pouvait déjà décider de la répartition des moyens selon les besoins spécifiques de sa circonscription. Mais les personnels spécialisés, avec ces choix de localisation, continuent de fonctionner pleinement en réseau. Ce que ne garantit pas la « sédentarisation » version 2009.

Alors que se cache t-il derrière l’annonce d’une telle mesure ?

En réalité, ces 43 postes n’ont pas été re-budgétés, ils sont en « surnombre ».

Ces postes sont aussi qualifiés de « surnuméraires » dans les écoles... La tentation est grande pour que ces 43 postes en « surnombre » soient glissés sur des postes ZEP. Ce qui se traduirait par la suppression de 43 postes ZEP !

La « sédentarisation » version 2009 pose problème :

Quelles garanties pour le maintien des missions et du fonctionnement en Rased ? Quid des autres écoles où le poste E ou G ne sera pas implanté. Quid des priorités d’intervention des Rased : par cycle ? par secteur ? à quel niveau va se prendre la décision de ces priorités ?

Problème quant à l’idée même du triptyque de l’aide apportée qui s’élabore au sein même du Rased à trois avant que l’on pose l’indication de l’aide apportée. Quel sera le rôle du psy scolaire dans les futurs Rased atrophiés ou amputés ?

La suite a été marquée par l’absence de réponse sur les critères de répartitions des postes en nombre et en spécialité (E/G). Absence de réponse sur la pérennité de ces postes. Pas de garantie sur le fonctionnement en réseau. Absence de priorité départementale…

En fin de réunion :

Nous faisons part de notre détermination à continuer avec l’ensemble de la communauté éducative, d’exiger le maintien des postes RASED et leur développement. Le soutien ne remplace pas l’aide spécialisée, les élèves les plus fragiles et les plus en difficulté à l’école ne doivent pas être les sacrifiés du budget.

Nous serons particulièrement vigilants, compte tenu des dernières annonces du ministre, pour qu’au minimum, les principes suivants soient respectés sur notre département :

- les fermetures de postes ne doivent pas concerner plus de la moitié du nombre initialement prévu (donc 43 au sein du Val d’Oise)

- les mesures ne doivent pas se répercuter sur des fermetures d’autres postes (ZEP…)

- aucun personnel spécialisé titulaire ne doit être contraint de reprendre une classe ordinaire.

- les départs en formation doivent être maintenus.

- les missions des personnels doivent être préservées dans le cadre des RASED.

- les heures de coordination et de synthèse doivent être respectées

 

25 visiteurs en ce moment

*Top

SNUIPP95 - Maison des Syndicats 26 rue Francis Combe 95014 Cergy Cedex - tél. 01 30 32 21 88 - Fax :01 30 32 39 12

snu95@snuipp.fr


©Copyright 2006 - SNUipp-FSU 95 , tous droits réservés.