www.snuipp.fr

SNUipp-FSU 95

Recherche par mots clé

Vous êtes actuellement : Archives  / Archives 2008 2009 

fontsizeup fontsizedown impression s'abonner  à la rubrique {}
12 mars 2009

Compte rendu carte scolaire du 10 mars

La carte scolaire de cette année se fait selon le nouveau calendrier imposé par le ministère. Les décisions qui seront prises par l’IA le 20 mars s’appuieront donc uniquement sur des prévisions d’effectifs. La phase de juin ayant été supprimée, aucune autre décision de l’IA ne viendra ajuster ces mesures en fonction de la réalité des constats effectués en juin. De ce fait, de très nombreuses écoles devront préparer la rentrée 2009 sans connaître leur structure pédagogique définitive avant la 1ère semaine de septembre, date des ajustements de carte scolaire.

Dans un tel calendrier les situations des collègues touchés par des mesures de carte scolaire risquent d’être examinées seulement à la rentrée une fois que toutes les opérations du mouvement ont eu lieu.

Rased

86 postes de Rased sur 293 sont supprimés (43 fermetures et 43 sédentarisations). Cette saignée dans les moyens de l’aide spécialisée remet en cause tout le travail des équipes et expose dangereusement l’avenir des élèves et notamment les plus fragiles d’entre eux.

Les critères retenus par l’IA pour procéder à la répartition de ces moyens notablement réduits, sont identiques à ceux utilisés l’année dernière lors du rééquilibrage du nombre de psychologues suite au dernier redécoupage des circonscriptions du Val d’Oise :

- le nombre d’élèves par circonscription affecté d’un coefficient pour pondérer ces effectifs en fonction de la difficulté sociale (ZEP/REP).

- le nombre d’écoles par circonscription affecté d’un coefficient pour pondérer la dispersion géographique de ces écoles.

Conformément au courrier du ministre du 3 mars, les postes « sédentarisés » fonctionneront bien dans le cadre des Rased.

Dotation du Val d’Oise

La dotation du Val d’Oise pour la rentrée 2009 est de 10 postes pour une augmentation des effectifs élèves de 1103. Pour mémoire le Val d’Oise a perdu 26 postes à la rentrée 2007 et s’est vu attribué 25 postes à la rentrée 2008. Le département a été contraint de faire appel à 88 Listes complémentaires en 2007 et 43 en 2008 pour faire face notamment aux problèmes de remplacement de postes vacants. L’anticipation des besoins ne semble pas très réaliste et les contraintes budgétaires rendent les marges de manoeuvres quasi inexistantes. Notre académie reste classée avant dernière en terme d’encadrement au niveau national. Une dotation supplémentaire de plus de 300 postes est nécessaire rien que pour rattraper la moyenne des taux d’encadrement des académies présentant des caractéristiques similaires à celles de Versailles. Notre académie est donc sous dotée et en son sein les spécificités du Val d’Oise ne sont pas suffisamment prises en compte.

A l’issue de cette commission l’IA a proposé 61 mesures d’ouvertures et 56 mesures de fermetures.

L’ASH une priorité ?

La priorité affichée l’année dernière sur l’ASH s’est limitée à la création de 9 postes de référents dont 4 correspondaient à un redéploiement des postes d’itinérants D. La suppression de ces 4 postes est une décision qui a des conséquences importantes sur l’accompagnement des enseignants. La scolarisation d’élèves en situation de handicap, individuelle ou collective, est une démarche exigeante qui nécessite un accompagnement et une formation des enseignants. L’accompagnement des élèves doit être assuré par des personnels qualifiés.

Nous sommes intervenus lors de cette réunion sur tous les aspects et enjeux de cette carte. Nous sommes également intervenus sur tous les dossiers qui nous ont déjà été transmis par les écoles.

Nous vous invitons à nous communiquer (par mail, fax…) au plus vite les éléments d’actualisation afin que nous puissions siéger dans les meilleures conditions au CTPD du vendredi 20 mars.

La grève interprofessionnelle du 19 mars portera les exigences d’un développement des services publics et d’une reconnaissance de l’éducation comme priorité de la nation.

L’ASH une priorité ? (suite)

La priorité affichée l’année dernière sur l’ASH s’est limitée à la création de 9 postes de référents. Cette décision représentait certes une évolution positive répondant à certaines attentes mais elle ne fait pas pour autant de l’ASH une priorité au sens d’un engagement fort à tous les niveaux en direction des élèves et de leurs familles, des enseignants et des écoles. La scolarisation d’élèves en situation de handicap, individuelle ou collective, est une démarche exigeante qui nécessite un accompagnement et une formation des enseignants. L’accompagnement des élèves doit être assuré par des personnels qualifiés.

Pour relever le défi d’une scolarisation réussie des élèves en situation de handicap, les 3 domaines d’intégration possibles (intégration individuelle en milieu ordinaire, intégration dans des dispositifs collectifs CLIS, UPI), intégration en milieu spécialisé) doivent être renforcées simultanément en fonction des besoins de notre département.

Quel avenir pour l’accompagnement des enseignants des classes ordinaires ?

Dans les écoles du Val d’Oise, le nombre d’élèves bénéficiant d’une scolarisation individuelle dans une classe ordinaire a sensiblement augmenté par rapport aux années précédentes : l’augmentation est de 17% pour atteindre au total un effectif de 1493 élèves dont 1075 bénéficient d’un accompagnement (AVS ou EVS).

Un des enjeux importants pour réussir ces intégrations individuelles en milieu ordinaire est d’assurer une formation et un accompagnement des enseignants et des équipes d’écoles concernées. Dans notre département les missions d’accompagnement étaient assurées par des enseignants spécialisés itinérants. L’augmentation du nombre de ces élèves devrait inciter l’éducation nationale à développer ces moyens d’accompagnement. Le SNUipp a toujours oeuvré dans ce sens dans les instances départementales. Or nous constatons ces dernières années une tendance à diminuer le nombre de ces postes d’itinérants pour les transformer en postes d’enseignants référents (4 des 9 postes de référents crées à la rentrée 2008 correspondent à la transformation de postes d’itinérants) . Cette tendance vient d’atteindre sa phase terminale par la suppression pure et simple de tous les postes d’itinérants et leur transformation en postes de référents. Les missions sont très différentes suivi des dossiers liens avec les partenaires institutionnels pour les référents et accompagnement des collègues pour les itinérants…

L’IA ne parle pas de rupture mais d’une évolution progressive. Il ne s’agit pas de procéder à une nouvelle répartition proportionnelle du nombre de dossiers parmi les 45 référents mais d’utiliser au mieux les compétences de chacun des référents pour prendre en charge toutes les missions y compris celle qui consiste à assurer l’accompagnement des enseignants.

Pour le SNUipp, même si les représentants de l’IA prennent des précautions pour présenter cette orientation sous forme d’une évolution et non d’une rupture, il demeure pas moins que cette mission d’accompagnement n’est plus identifiée de la même manière. Le risque est grand de la voir progressivement diluée dans les nombreuses missions des référents.

Le fait que le même référent s’occupe à la fois du suivi de l’élève, du lien avec sa famille et de l’accompagnement de l’enseignant risque de compliquer les choses à tous les points de vue. Compte tenu de sa mission au sein des équipes pluridisciplinaires et du lien entre les institutions et des familles, il ne peut accompagner les collègues dans leur démarche pédagogique auprès de l’enfant. Le manque de temps et surtout le double emploi, visé par cette évolution, font que le référent doit assurer la cohérence de l’ensemble du projet et du volet pédagogique.

Le SNUipp demande une audience auprès de l’IA sur cette évolution qui risque peu à peu de diluer l’indispensable mission d’accompagnement des enseignants et de renforcer l’isolement des enseignants

 

30 visiteurs en ce moment

*Top

SNUIPP95 - Maison des Syndicats 26 rue Francis Combe 95014 Cergy Cedex - tél. 01 30 32 21 88 - Fax :01 30 32 39 12

snu95@snuipp.fr


©Copyright 2006 - SNUipp-FSU 95 , tous droits réservés.