www.snuipp.fr

SNUipp-FSU 95

Recherche par mots clé

Vous êtes actuellement : Archives  / Archives 2008 2009 

fontsizeup fontsizedown impression s'abonner  à la rubrique {}
18 juin 2009

17 juin : rassemblement EVS-AVS

Les EVS et les AVS se mobilisent pour dénoncer le silence du gouvernement et le maintien de la précarité !

Les EVS et les AVS se mobilisent

pour dénoncer le silence du gouvernement

et le maintien de la précarité !

Depuis 6 ans (voire plus pour certains) les AVS assurent dans les écoles l’accompagnement des élèves en situation de handicap. Leur mission est définie dans le cadre d’une priorité nationale celle de la scolarisation de tous les élèves. 1400 d’entre eux (52 sur le Val d’Oise) arrivent en fin de contrat et vont être contraints de quitter les écoles.

Depuis 2006, 42 500 employés de vie scolaire (EVS) chargés de l’accompagnement des élèves handicapés à l’école et de l’aide à la direction d’école travaillent dans les écoles. 30 000 d’entre eux seront en fin de contrat en juin prochain sans autre solution que l’inscription au Pôle Emploi.

Les rassemblements, manifestations, audiences auprès des Préfets, des autorités académiques ou responsables de l’emploi dans les départements ont permis de dénoncer une politique gouvernementale qui va laisser sans perspective d’emploi durable des milliers de salariés.

Dans le même temps, nos organisations avaient demandé à être reçues par le Premier Ministre. Il a fait le choix de ne pas nous recevoir, se retranchant derrière une question d’agenda et renvoyant la question au seul ministère de l’Education Nationale. Sollicité, ce dernier n’a pas daigné répondre à notre demande.

Quand le gouvernement sait s’émouvoir publiquement sur des plans sociaux de grandes entreprises comment interpréter ce silence ? Doit on comprendre que plus de 30 000 salariés recrutés dans la fonction publique et se retrouvant au chômage fin juin ne méritent pas que le gouvernement se penche sur leur situation ?

Ce n’est pas en refusant d’affronter la réalité que l’on élimine les problèmes. Des mesures doivent être prises pour prolonger les contrats en cours afin de permettre la mise en œuvre de formations donnant accès à un véritable parcours d’insertion professionnelle.

Les tâches effectuées par les AVS et les EVS correspondent à des missions pérennes qui nécessitent des personnels stables bénéficiant d’un statut fondant un véritable métier, une véritable formation et une rémunération décente.

Le 27 mai dernier, plusieurs organisations syndicales ont rassemblé des centaines d’EVS qui ont manifesté dans de nombreux départements et diffusé une pétition qui a recueilli plus de 60 000 signatures.

Le mercredi 17 juin, des rassemblements ont eu lieu dans tous les départements pour exiger d’autres choix et pour rendre public le scandale de ces dispositifs précaires.

Une délégation réunissant des représentants de l’ensemble de nos organisations s’est rendue à l’Hôtel Matignon et au Ministère de l’Education Nationale avec la ferme intention d’y être reçue et de déposer les pétitions.

Rassemblement à la préfecture de Cergy (article du Parisien).

JPEG - 77.7 ko
Le Parisien jeudi 18 juin

EMPLOIS DE VIE SCOLAIRE (EVS) :

30 JUIN, 30 000 SALARIES A LA RUE

Il reste 13 jours avant que 30 000 EVS, embauchés dans le cadre du plan de cohésion sociale de JL Borloo par le ministère de l’Education Nationale soient renvoyés au pôle emploi. Embauchés en 2006 pour remplir des fonctions d’aide à la direction d’école ou d’accompagnement des enfants handicapés, les EVS ont rempli leur mission dans les écoles. L’Etat, le Ministère du Travail et le Ministère de l’Education Nationale et leurs représentants (préfets, directeurs départementaux du travail et de la formation professionnelle, recteurs), n’ont pas rempli leur part du contrat, la formation et l’accompagnement de ces salariés. Pendant trois ans, ces EVS n’ont rien eu de l’accompagnement prévu dans leur contrat en terme de formation et de suivi de projet d’insertion professionnelle. Réservés aux bénéficiaires du RMI et des allocations de fin de droits ou de l’AAH, l’accès aux emplois d’EVS avait permis à beaucoup d’entre eux de sortir de la situation de grande précarité dans laquelle ils étaient et de retrouver une reconnaissance professionnelle et sociale.

Arrivés au terme de leurs contrats, le gouvernement fait fi des expériences qu’ils ont acquises au sein des équipes et auprès des élèves en situation de handicap ; Il organise un turn-over général, s’abstenant ainsi d’offrir des solutions et des perspectives aux 30 000 personnes concernées. Dans le contexte de crise économique et sociale actuelle, la fin du contrat signifie, pour eux, un retour à la case départ, au pôle Emploi, à une plus grande précarité.

Le Gouvernement, les ministères de l’emploi et de l’éducation nationale doivent prendre en compte la situation de ces salariés dans le cadre du plan de lutte contre le chômage et la protection des plus démunis.

Nous exigeons une prolongation de leur contrat au delà de juin 2009. Nous exigeons que l’Etat, le ministère du Travail et le ministère de l’Education Nationale respectent leurs engagements en terme d’accompagnement et de formation et donnent à leurs représentants les moyens de les mettre en oeuvre.

Les 100 000 signataires de la pétition unitaire n’acceptent pas que le 1er juillet 30 000 EVS soient jetés à la rue.

Nous renouvelons notre demande de rendez-vous auprès du premier ministre.

Gilles Moindrot, Secrétaire Général du SNUipp-FSU

Thierry Cadart, Secrétaire Général du SGEN-CFDT

Christian Chevalier, Secrétaire Général du SE-UNSA

Catherine Perret, Co-secrétaire Générale de l’UNSEN-CGT

Murielle Michelin, Présidente de l’UNCEVS

 

24 visiteurs en ce moment

*Top

SNUIPP95 - Maison des Syndicats 26 rue Francis Combe 95014 Cergy Cedex - tél. 01 30 32 21 88 - Fax :01 30 32 39 12

snu95@snuipp.fr


©Copyright 2006 - SNUipp-FSU 95 , tous droits réservés.