www.snuipp.fr

SNUipp-FSU 95

Recherche par mots clé

Vous êtes actuellement : Archives  / Archives 2009-2010 

fontsizeup fontsizedown impression s'abonner  à la rubrique {}
6 avril 2010

Revalorisation : la vérité des prix

Revalorisation en trompe l’œil pour les enseignants. La déception se mêle à la colère à la lecture des mesures.

On a failli avoir « la revalo, façon en attendant Godot ». Annoncée pour Janvier, puis repoussée en février, puis après les élections régionales, c’est finalement cette semaine que le ministère a rendu public ses mesures. En les décortiquant, on découvre finalement une « revalo façon puzzle », éparpillée, presque émiettée… Il faut dire que les augmentations ne concernent qu’un enseignant sur quatre : des lauréats du concours de cette année aux enseignants encore au 5ème échelon au 1er septembre 2010.

GIF - 13.6 ko

Voilà bien des mesures profondément inégalitaires qui laissent trois enseignants sur quatre sans revalorisation et favorise les … agrégés. Pour rappel, ce plan de 196 millions d’euros est à mettre en parallèle avec le coût de la défiscalisation des heures supplémentaires (340 millions d’euros). Il est financé par la suppression des 16 000 postes d’enseignants de cette année ( 496 millions d’euros).

De son côté, le SNUipp considère que le dossier des rémunérations n’est pas clos et renouvelle son exigence de mesures qui concernent l’ensemble de la profession.

Présentation des mesures salariales :

La revalorisation due à la masterisation :

Les deux premiers échelons de la grille indiciaire sont supprimés. Les nouveaux masterisés entreront dorénavant directement à l’échelon 3, ce qui représente une augmentation pour ces derniers de 157 euros mensuels. Mais il faut rappeler qu’ils auront à faire une année d’étude supplémentaire, non rémunérée elle.

Pour les enseignants déjà en poste, la revalorisation se fait par un changement d’indice des échelons 3, 4 et 5. Les enseignants à l’échelon 3 et 4 toucheront environ 57,68 euros mensuels nets de plus ( passage de l’indice 395 à l’indice 410 et 416 à 431). Ceux à l’échelon 5 toucheront 53,82 euros mensuels nets supplémentaires (passage de l’indice 439 à 453).

Le ministre a repoussé à 2011 une éventuelle revalorisation des échelons 6 et 7 en fonction des « économies réalisées avec les suppressions de postes ». Tout en reconnaissant le problème de l’accés insuffisant des professeurs à la hors classe, il a écarté pour 2010 toute mesure concernant le milieu ou la fin de carrière.

Le pacte carrière :

Le DIF ( droit individuel à la formation) :

Dès septembre, chaque enseignant pourra faire une demande individuelle de formation, sur la base d’un crédit de 20 heures par an plafonné à 120 heures. Les formations, complémentaires à celles proposées par l’administration, auront lieu pendant les vacances scolaires, et seront rémunérées 50% du salaire horaire.

Seconde carrière et mobilité :

Un portail unique avec une base de données, proposera, aux enseignants souhaitant se reconvertir, des passerelles vers d’autres métiers de la fonction publique, qu’elle soit étatique ou territoriale, ou à l’étranger. Pour l’heure, les réorientations professionnelles tant promises par des ministres précédents ont toujours relevé du parcours du combattant.

Le ministre propose aussi des entretiens d’évolution professionnelle, l’un au bout de deux ans de carrière, l’autre au bout de 15 ans. Ces entretiens seront menés par les conseillers « mobilité carrières » recrutés dans les DRH d’académie.

Médecine du travail :

80 médecins de prévention devraient être recrutés afin que chaque académie et chaque département puissent être dotés d’au moins un médecin. Ce chiffre double le nombre de médecins de prévention. A partir de septembre, un bilan de santé sera rendu obligatoire pour tous les personnels de l’éducation nationale âgés de 50 ans. Les actuels Comité d’Hygiène et de sécurité pourront traiter également des conditions de travail. Ces nouvelles instances seront mises en place d’ici le mois de juin.

L’évaluation des enseignants :

C’est le grand chantier du ministre dans les mois à venir. Il précise que les modalités de l’évaluation des enseignants doit changer. « Elles ne doivent pas être que pédagogiques » dit-il. En d’autres mots, il veut introduire de nouveaux critères pour évaluer les enseignants. « Le fait qu’ils assument de plus en plus de choses en dehors de la classe, oblige à revoir leur évaluation » pouvait-on lire du côté du ministère. En toile de fond, la création d’un grade fonctionnel avec une meilleure rémunération. Le ministère affirme que rien n’est arrêté et qu’il souhaite « organiser une vraie discussion avec tous les acteurs concernés ».

Après l’épisode de la revalorisation en trompe l’œil, le ministère redécouvrira t-il le chemin du dialogue social ?

 

29 visiteurs en ce moment

*Top

SNUIPP95 - Maison des Syndicats 26 rue Francis Combe 95014 Cergy Cedex - tél. 01 30 32 21 88 - Fax :01 30 32 39 12

snu95@snuipp.fr


©Copyright 2006 - SNUipp-FSU 95 , tous droits réservés.