www.snuipp.fr

SNUipp-FSU 95

Recherche par mots clé

Vous êtes actuellement : Archives  / Archives 2009-2010 

fontsizeup fontsizedown impression s'abonner  à la rubrique {}
1er juin 2010

"Formation" des stagiaires !

Point sur la « Formation » des professeurs des écoles stagiaires (PES) à la rentrée 2010.

Compte rendu de la commission paritaire du vendredi 28 mai 2010

Les représentants de l’IA nous présentent le déroulement de cette année de mise en œuvre de la nouvelle « réforme ». Ils confirment qu’à la rentrée de 2010, le Val d’Oise accueillera 236 professeurs des écoles stagiaires, ce qui représente en moyenne 9 PES par circonscription.

Compte tenu des directives ministérielles et des moyens dont dispose notre département, les représentant de l’IA annoncent que les PES seront encadrés, suivis et accompagnés par des réseaux de formation localisés. Ces réseaux sont constitués par le regroupement de 2 (ou 3 circonscriptions) disposant au total de 2 IEN, 4 CPC, 4 IMF et prenant en charge tous les PES sur les deux circonscriptions (environ 20 PES en moyenne)

Le dispositif de « formation » se décline ainsi dans le Val d’Oise :

- Un accueil institutionnel des PES avant la rentrée (½ journée par l’IA et l’IEN-A puis ½ journée en regroupement en réseaux de formation localisés)

- A la rentrée des élèves et jusqu’aux vacances d’automne, les PES seront en stage dans des classes de MAT (maître d’accueil temporaire) Durant ces 8 premières semaines de l’année, les PES seront en doublette avec le MAT titulaire de la classe. Les PES seront en observation et prendront progressivement en charge certaines séances de classe. Des temps de regroupement et des visites organisés et pris en charge par les IMF sont prévus sur cette période.

- En novembre, le collègue MAT bénéficiera d’un stage de formation continue de 3 semaines. Il sera remplacé par le PES accueilli dans sa classe. Le PES sera ainsi en stage en responsabilité pendant 3 semaines dans la classe où il est affecté depuis la rentrée. Sur cette période, les PES seront visités par les IMF.

- A partir de décembre, les PES seront affectés sur des postes de remplacements longs (brigade), avec un stage filé de formation continue de 4 semaines (entre décembre et février) sur leur circonscription.

- Plusieurs bilans d’étape, organisés par les réseaux de formation localisés seront prévus durant l’année.

- Juin : évaluation des compétences professionnelles en vu de la titularisation (à définir)

L’IA nous précise que le cahier des charges des MAT est en cours de finalisation. Celui des IMF s’articule autour de 4 axes :

- Tutorat et accompagnement des PES

- Participation à la formation continue

- Suivi des stages en responsabilité des M2

- Interventions en formation initiale (si convention avec l’université)

Interventions du SNUipp :

Nous rappelons tout d’abord notre opposition à cette « réforme » de la formation initiale. La mise en oeuvre de cette « réforme » sur le terrain ne peut pas nous convaincre du contraire. Ce que nous souhaitons défendre et faire avancer, dans le cadre imposé au Val d’Oise, c’est : pas de compagnonnage mais des professionnels de la formation IMF et PEMF partout…

Tout en réaffirmant la nécessité de revoir fondamentalement cette « réforme », le SNUipp 95 a porté lors des audiences auprès de l’I.A. et lors des différentes instances paritaires l’idée qu’il fallait développer le réseau des maîtres formateurs et confier la formation à des enseignants qualifiés pour cette mission.

PEIMF

Le SNUipp note la volonté exprimée par les représentants de l’IA de trouver une solution garantissant, malgré les pires conditions de la réforme, le souci d’une professionnalisation de la formation. Nous souhaitons que les PES ne soient accompagnés que par des IMF, PEMF, ainsi que par des titulaires du CAFIPEMF non affectés actuellement sur des postes d’IMF (IMF volontaires qui se verront attribuer ¼ de décharge et l’indemnité d’IMF) et par des enseignants volontaires engagés dans la préparation du CAFIPEMF (volontaires qui pourront se voir attribuer ¼ de décharge).

Les PEIMF n’ont pas été associés à l’architecture et à l’articulation des différents volets de formation des nouveaux stagiaires. Il n’est pas compréhensible que les PEIMF ne soient pas encore reçus par l’IA pour échanger avec eux sur les modalités d’organisation de la rentrée, sur leur place dans la formation initiale et continue…

Le SNUipp a ensuite vivement réagi par rapport aux perspectives proposées ou imposées aux PEIMF. Au vu de la charge de travail, le risque est grand que leurs missions se recentrent exclusivement sur le suivi des stagiaires au détriment d’autres missions telles que leur participation à la formation initiale et continue qui pourtant est précieuse et déjà bien mise à mal. D’autre part, au vu du cahier des charges, la quatrième mission semble être envisagée comme une éventualité et non une mission affirmée. Pour nous, il serait catastrophique que les maîtres formateurs soient entièrement captés par des taches de formation pour la seule formation des PES, ou pour la formation continue. Il est indispensable qu’ils interviennent à l’IUFM dans le cadre des masters notamment auprès des M2.

En conclusion : compte tenu des éléments qui précèdent, pour le SNUipp il est urgent de mettre en œuvre des dispositions pour augmenter le volume de postes de formateurs sur notre département. Nous rappelons également que la réévaluation de leur indemnité envisagée par le ministère est insuffisante au regard des exigences de leurs missions. Nous signalons également la nécessité d’une réelle prise en charge des frais engagés par les formateurs lors de leurs déplacements.

L’IA répond qu’il envisage de mettre à disposition 8 à 10 postes d’appui qui pourront intervenir sur les circonscriptions identifiées.

MAT

Le SNUipp a rappelé que devenir MAT est un acte volontaire. Toute pression est à bannir. Nous sommes également intervenus sur le fait que les MAT sont désignés par les IEN, ce qui n’est pas un élément rassurant sur l’équité pour tous les stagiaires et pour tous les titulaires qui pourraient être intéressés par cette mission. Il serait tout à fait possible de lancer un appel à candidature départemental.

Nous avons demandé à ce qu’une formation spécifique soit proposée à tous les MAT sur le mois de juin. Il s’agit pour nous de prendre des dispositions afin de préparer ces collègues à l’enjeu de l’accueil et des missions qu’ils auront à assurer auprès des PES. Compte tenu des difficultés de remplacement, l’IA ne prévoit seulement qu’une journée en fin d’année.

Nous avons demandé à ce qu’un accompagnement vers une formation de formateurs ou le CAFIPEMF puisse être proposé aux MAT. Les représentants de l’IA annoncent que durant le stage en responsabilité du PES, les MAT bénéficieront de trois semaines de stage de formation continue qui prend en compte la dimension de formateur pour ceux qui souhaitent s’engager dans cette voie (renforcement didactique et professionnel, gestion de la classe, orientation pour la suite de leur parcours CAFIPEMF...)

Rentrée des PES ?

Les PES seront invités à participer à une journée de rencontres organisée par l’IA avant la rentrée. L’IA ne précise pas si cette journée est prise dans les 2 jours de pré-rentrée. En fonction de la date choisie par l’IA, les PES ne seront pas nécessairement fonctionnaires stagiaires à cette date, ils ne pourront donc pas être rémunérés. Cette initiative pourrait également poser des problèmes sur le plan de la responsabilité en cas d’accident. D’autre part il est prévu que les formateurs accueillent les PES dans l’après-midi de cette journée particulière.

Dans une telle éventualité, pour le SNUipp, cette journée se fait en dehors du temps de travail. Elle n’a donc pas de caractère obligatoire. Le SNUipp FSU demande qu’un défraiement soit versé aux « volontaires » qui souhaitent participer à ces réunions.

En conclusion : malgré la mise en place de dispositions particulières sur le Val d’Oise, visant à assurer une dimension professionnalisante avec la recherche d’un accompagnement par des formateurs de terrain qualifiés, il s’agit de conditions de « formation » difficilement compatibles avec les exigences du métier d’enseignant. Elles ne sont pas de nature à remplacer la formation professionnelle d’un candidat reçu qui se projette dans son métier…

Et la titularisation ?

Une question importante qui n’avait toujours pas de réponse à la date du 27 mai 2010 : les textes concernant l’évaluation, la validation, la certification des professeurs des écoles stagiaires n’existent pas. Un projet d’arrêté fixant les modalités d’évaluation et de titularisation des PES est en cours d’écriture par le ministère. Les premiers éléments indiquent qu’un jury composé d’IA et/ou d’IEN se prononcera à partir de l’avis formulé par l’Inspecteur de l’Education Nationale. Avis fondé sur le rapport établi par le tuteur et qui pourra, si besoin, résulter d’une inspection !!!

Et la démocratisation de l’accès au métier ?

Avec le décalage du recrutement par le prolongement des études, la question de la démocratisation de l’accès au corps des PE va devenir cruciale. La mixité sociale, déjà entamée lors du passage à la licence, va être fortement réduite. Il est semble indispensable de permettre à tous ceux qui le souhaitent de devenir enseignants par l’augmentation des allocations d’autonomie et/ou la mise en place de salaire étudiant.

 

26 visiteurs en ce moment

*Top

SNUIPP95 - Maison des Syndicats 26 rue Francis Combe 95014 Cergy Cedex - tél. 01 30 32 21 88 - Fax :01 30 32 39 12

snu95@snuipp.fr


©Copyright 2006 - SNUipp-FSU 95 , tous droits réservés.