www.snuipp.fr

SNUipp-FSU 95

Recherche par mots clé

Vous êtes actuellement : Archives  / Archives 2009-2010 

fontsizeup fontsizedown impression s'abonner  à la rubrique {}
29 juin 2010

PEIMF : audience à l’IA

Organisation de l’année et missions des PEIMF

Compte rendu de l’audience à l’IA du 25 juin 2010 

organisation de l’année et missions des PEIMF

dans le cadre de la « réforme de la formation ».

Présents :

- A. Garcia (IENA) et P. Mauger (IEN en charge du dossier)

- K. Ould Bouali et A. Pomérat (SNUipp FSU)

- E. Seguin (SE UNSA)

- R. Cuvillier (PEMF) invitée par le SNUipp

En introduction, nous avons rappelé que la réunion des MF organisée par l’IA le 7 juin, a donné lieu à un certain nombre d’interrogations sur le déroulement de la « nouvelle formation », sur la place et les missions des MF, sur la constitution et le rôle des RFL… Les organisations syndicales sont intervenues lors du CTPD du 11 juin pour faire part des réactions des MF notamment la nécessité de redéfinir la répartition des missions en intégrant l’intervention en formation initiale dans le cadre universitaire, de faire baisser le nombre de visites, de prendre en considération les besoins de formation continue…. Suite à cette intervention, les coordonnateurs des PEIMF ont été rapidement reçus par P. Mauger qui a fait évoluer le projet initial en prenant en compte certaines demandes.

L’objet de notre rencontre aujourd’hui est de travailler à partir de ce second projet que nous souhaitons voir évoluer sur certains points à partir des éléments que nous avons défini avec nos collègues PEIMF lors de la réunion syndicale du 21 juin et issus de leurs échanges.

1) Les 2 heures de travail personnel et recherche

L’IA précise que le BO du 24 juin 2010 définit les obligations de service des MF et réaffirme ce qui existait déjà dans le BO de 2008. Ce nouveau texte se met à jour par rapport à l’évolution de la formation initiale avec la mastérisation.

Extrait du BO du 24 juin : « 3. Service des maîtres formateurs Dans le cadre de leur service, les maîtres formateurs consacrent :

- vingt-quatre heures, dont dix-huit heures d’enseignement dans leur classe et six heures d’activités qu’ils effectuent sous la responsabilité des inspecteurs d’académie-directeurs des services départementaux de l’Éducation nationale afin de participer aux actions de formation, d’animation et d’accompagnement des stagiaires ou des étudiants. Ces activités pourront se dérouler dans les établissements d’enseignement supérieur dans le cadre de conventions ;

- deux heures à leur documentation et à leur information personnelles sur les problèmes de formation des maîtres ;

- une heure en moyenne hebdomadaire sur l’année (soit trente-six heures annuelles) permettant d’assurer les activités visées au I ci-dessus selon la répartition horaire suivante : vingt-quatre heures consacrées aux travaux en équipes pédagogiques, aux relations avec les parents, à l’élaboration et au suivi des projets personnalisés de scolarisation pour les élèves handicapés ; six heures d’animation pédagogique et d’activités de formateurs ; six heures de participation aux conseils d’école obligatoires.

Ils pourront, s’ils le souhaitent, assurer des heures d’aide personnalisée auprès d’élèves de leur école ou d’écoles proches. Ces heures seront rémunérées en heures supplémentaires.

Le complément de service à assurer devant les élèves est de six heures par maître formateur. Le regroupement de quatre compléments de service permettra la constitution d’un service complet, assuré par un maître qui enseignera pendant vingt-quatre heures et consacrera cent-huit heures en moyenne annuelle aux activités visées ci-dessus. »

Nous avons souligné l’inquiétude des maîtres formateurs sur ce sujet. Les 2 heures sont donc réaffirmées dans le cadre des 108 heures et ne sont pas incluses dans les 6 heures d’activité hebdomadaire de participation aux actions de formation.

La réorganisation de la semaine scolaire a rendu ces deux heures moins visibles et les pose sur un créneau horaire hors temps d’enseignement. Il est important de réaffirmer l’existence de ces 72 heures et de les afficher telle qu’elles figurent dans le BO.

2) Formation de formateur

Nous rappelons l’importance d’une formation de formateur (Réforme des masters, nouveaux PEIMF, harmonisation des pratiques au niveau départemental, …) et la nécessité par conséquent de dégager du temps et des moyens pour permettre sa réalisation dans des conditions satisfaisantes, inscrite dans le service de maitre-formateur.

Le schéma actuel pour les stages des M2 défini sur le Val d’Oise se décline de cette manière : une semaine d’observation et 3 ou 2 ? semaines de stage en responsabilité dans la classe du maître titulaire de la classe, qui a fait une demande de formation dans le cadre du PAF.

Nous demandons à l’IA d’étudier la possibilité qu’une partie des M2 effectuent leur semaine d’observation ainsi qu’une part de leurs SR dans les classes des PEIMF.

Cela peut libérer du temps de formation pour les PEIMF et dans le même temps constituer l’occasion pour les MF d’intervenir auprès de tous les autres M2 pour la préparation et le bilan de leurs stages.

Bien que les formations de formateurs soient généralement prévues dans le plan de formation sous une forme filée, ces 6 ou 9 jours pourraient permettre de compenser ces formations placées souvent le mercredi.

Cela permettrait aussi d’aller dans le sens de la demande formulée dans le point 3 pour inscrire l’intervention des PEIMF dans le cadre de la formation initiale.

3) Le rôle des MF dans la formation initiale

Nous intervenons pour rappeler le rôle essentiel des PEIMF dans la formation initiale. Nous demandons que les PEIMF puissent recevoir des stagiaires dans leurs classes (des M2, 1 semaine en stage de pratique accompagnée, avant la prise de responsabilité de la classe du PEIMF, alors en formation) et puissent intervenir sur les préparations et bilans de stage des M1 et M2.

Nous demandons à connaître l’état d’avancement dans l’élaboration de la convention Rectorat/UCP pour définir les modalités de services et d’intervention des MF en M1 et M2. Pour nous Il est essentiel que ce volet des missions des MF soit intégré et défini dès maintenant.

Cela peut se faire par exemple sous forme « d’échange de service entre IA et UCP » sous la forme suivante : l’IA propose à l’IUFM un volume d’heures qui seront inscrites dans le service des MF pour intervenir en formation initiale. L’IUFM propose en contrepartie un volume d’heures équivalent de PIUFM qui pourront intervenir dans le cadre de la formation continue.

Les représentants de l’IA précisent que l’IUFM met déjà un volant d’heures à disposition de l’IA car les PIUFM sont en sous service. Les représentants de l’IA s’engagent à relier cette demande et précisent que l’IA rencontre le Recteur de Versailles le mercredi 30 juin et cette question fera partie des sujets qui seront abordés.

4) Le nombre et la durée des visites pour les PES.

Le volume horaire consacré aux visites pour les PES est de 75h (dans le projet de départ 96h y étaient consacrées). Le temps estimé pour une visite est de 3h (au lieu de 2h au départ). Les 3 heures incluent visite et entretien. L’IA précise que c’est une estimation. Chaque PES devrait bénéficier d’environ 5 visites.

Nous sommes intervenus pour insister sur le caractère dominant des visites dans les missions des MF telles qu’elles figurent dans le projet modifié. Il y a un glissement des missions des MF vers une concentration autour des visites des PES. Il est nécessaire de faire baisser encore ce nombre de visites pour atteindre une vingtaine au maximum. Cela permettrait d’intégrer d’autres dimensions des missions de formateurs qui sont essentielles au devenir de ce métier.

5) Nombre de formateurs dans les RFL

Nous soulignons que la charge de travail et les nouvelles contraintes qui pèsent sur les MF nécessitent une augmentation du nombre de PEIMF par RFL. 5 au lieu des 4 actuellement prévus permettraient un fonctionnement d’une autre nature et permettrait de répondre positivement à certaines demandes légitimes des collègues MF.

Les représentants de l’IA indiquent que cela correspondrait à 12 postes puisqu’il y a 12 RFL et que le département ne dispose pas de ces moyens.

L’IA s’engage à créer des postes d’appui sur les RFL dont les critères de répartition prendre en compte le nombre de T1 et T2 par RFL. Les titulaires du CAFIPEMF seront prioritaires sur ces postes d’appui et renforceront les RFL et seront donc amenés à intervenir aussi auprès des PES…

6) RFL / croisement des regards

Nous soulignons la nécessité d’un croisement des regards sur les PES, et ainsi la nécessité d’heures de concertation et de coordination. Un(e) MF seul(e) ne peut suivre et accompagner un PES. Les représentants de l’IA répondent que le fonctionnement en RFL doit permettre ce croisement et un changement de pratiques. Les MF suivront dorénavant les stagiaires du début à la fin et non plus « épisodiquement » sur une visite.

Conclusion :

L’IA a du installer un schéma de formation pour l’année prochaine dans les conditions imposées par le ministère. Il réadapte celui-ci en fonction des textes publiés par le ministère et le nombre d’inscrits en M1 et M2 (important pour les stages notamment).

Les représentants de l’IA s’engagent à apporter certaines réponses lors de la CAPD du 1er juillet. Nous communiquerons les nouvelles propositions de répartition des horaires des PEIMF, afin de cerner au mieux leurs missions et de permettre à tous de se déterminer complètement.

 

34 visiteurs en ce moment

*Top

SNUIPP95 - Maison des Syndicats 26 rue Francis Combe 95014 Cergy Cedex - tél. 01 30 32 21 88 - Fax :01 30 32 39 12

snu95@snuipp.fr


©Copyright 2006 - SNUipp-FSU 95 , tous droits réservés.