www.snuipp.fr

SNUipp-FSU 95

Recherche par mots clé

Vous êtes actuellement : Archives  / Archives 2010-2011 

fontsizeup fontsizedown impression s'abonner  à la rubrique {}
24 septembre 2010

Trois millions contre le projet de réforme

La journée du 23 septembre aura connu un indéniable succès malgré les tentatives du gouvernement d’en minimiser l’ampleur.

Les enseignants du 1er degré ont été particulièrement mobilisés. Les organisations syndicales se retrouvent aujourd’hui pour décider de la suite à donner.

« Mesdames et messieurs les sénateurs ne votez pas, cette réforme est injuste ». Les manifestants parisiens sont passés hier sous cette immense banderole tendue au-dessus du boulevard Saint-Michel, au passage du jardin du Luxembourg qui abrite le Sénat. L’invite était on ne peut plus claire alors que dès lundi la commission des affaires sociales de la haute assemblée examinera le projet de réforme des retraites et que le texte voté par les députés le 15 septembre sera débattu par les sénateurs à compter du mardi 5 octobre.

JPEG - 22.4 ko

Pour l’intersyndicale (CGT-CFDT-CFTC-CFE/CGC-FSU-Unsa et Solidaires) qui estime que compte tenu du contexte social « le vote de ce projet dans sa logique actuelle n’est pas d’actualité », cette journée aura été un indéniable succès. Selon les organisateurs des manifestations qui se sont déroulées à travers toute la France et pas seulement dans les grandes villes, près de 3 millions de manifestants ont battu le pavé hier alors que la mobilisation avait déjà été plus qu’importante le 7 septembre avec 2,5 millions de personnes descendues dans la rue. 55% des enseignants du 1er degré mobilisés

Bien entendu, le ministère de l’intérieur a cherché à minimiser l’ampleur de la mobilisation, annonçant moins d’un million de manifestants dans le pays, 997 000 exactement. Un chiffre qui n’est pas lâché au hasard par un gouvernement qui, jusqu’ici, a fait preuve d’une grande intransigeance vis-à-vis des organisations syndicales et des salariés du public et du privé qui depuis le 24 juin dernier n’ont cessé de démontrer leur détermination. Ils veulent voir le gouvernement retirer son texte, ouvrir de véritables négociations et opter pour une réforme plus juste socialement en renonçant au recul des deux ans de l’âge légal et de l’âge de la retraite à taux plein et en acceptant d’élargir l’assiette des cotisations aux hauts revenus et aux revenus du capital. Comme le 7 septembre, les enseignants ont particulièrement été mobilisés hier.

Le SNUipp dans un communiqué annonçait lundi 21 septembre 55% de grévistes dans le primaire, une estimation qui s’est avérée juste avec même parfois une participation plus importante que prévue et de nombreuses écoles fermées dans tout le pays.

Le SNUipp qui demande le retrait du texte a adressé un courrier aux sénateurs la veille de la manifestation, afin de les alerter sur les conséquences du projet de réforme pour les enseignants du 1er degré.

Hier, nous étions nombreux dans les rues à espérer que le message serait reçu 5 sur 5.

Alors que les échéances législatives approchent à grand pas, l’intersyndicale se réunira de nouveau aujourd’hui au siège de la CGT à Montreuil afin d’envisager les suites à donner à ce 23 septembre.

JPEG - 75.5 ko

23 septembre : la contestation s’amplifie !

Même si le gouvernement a tout mis en oeuvre pour empêcher la contestation : calendrier resserré, aucune négociation avec les organisations syndicales, pas de débat public… rien n’y a fait ! Tous les sondages d’opinion le montrent : la réforme ne passe pas auprès des salariés du public comme du privé, des jeunes, des chômeurs et des retraités.

Une nouvelle fois, ils ont exprimé par millions leur refus de ce projet de réforme. C’est aujourd’hui le coeur même de la réforme qui est contesté : recul de l’âge légal à du droit à la retraite et financement essentiellement par les salariés.

JPEG - 61.4 ko

Le gouvernement a perdu la bataille de conviction. Il doit entendre ce rejet massif et prendre le temps d’un nécessaire débat sur cette question de société. La FSU interpelle d’ores et déjà les sénateurs qui examineront le texte dans quelques jours.

Ce projet, en plus des mesures d’âge communes à tous les salariés, ne comporte que des régressions pour les agents de la Fonction publique : augmentation des retenues pour pension, restriction du minimum garanti, fin brutale du droit des mères de trois enfants à partir de manière anticipée, situation des polypensionnés, quasi suppression de la CPA...

La FSU renouvelle son exigence de retrait du projet gouvernemental et d’ouverture de négociations pour une tout autre réforme.

Si tel n’était pas le cas, la FSU appelle à poursuivre rapidement l’action en amplifiant encore le mouvement unitaire et interprofessionnel. Elle considère nécessaire et indispensable de travailler à étendre et généraliser les grèves et manifestations dans tout le pays avant la fin du débat parlementaire. Dans le cadre de l’intersyndicale interprofessionnelle, la FSU proposera une manifestation nationale unitaire qui devrait avoir lieu le 2 octobre, c’est-à-dire impérativement avant les débats au sénat, et la poursuite et l’amplification du mouvement de grève et de manifestations.

Résolument, rien n’est joué !

Communiqué de presse FSU

Les Lilas, le 23 septembre 2010

 

17 visiteurs en ce moment

*Top

SNUIPP95 - Maison des Syndicats 26 rue Francis Combe 95014 Cergy Cedex - tél. 01 30 32 21 88 - Fax :01 30 32 39 12

snu95@snuipp.fr


©Copyright 2006 - SNUipp-FSU 95 , tous droits réservés.