www.snuipp.fr

SNUipp-FSU 95

Recherche par mots clé

Vous êtes actuellement : Archives  / Archives 2010-2011 

fontsizeup fontsizedown impression s'abonner  à la rubrique {}
13 octobre 2010

Coup de jeunes sur les manifs

3,5 millions de personnes ont défilé hier contre la réforme des retraites. Une mobilisation à la hausse même pour le gouvernement qui poursuit sa guerre des chiffres et refuse d’entendre les manifestants.

Les enseignants ont été très mobilisés, la dynamique pour la réussite du 16 est en marche.

S’il y a un point sur lequel l’intersyndicale et le gouvernement s’accordent c’est sur le fait que la mobilisation du 12 octobre a été plus importante que celle du 23 septembre. Hier, 3,5 millions de manifestants ont défilé dans les rues des villes de France selon les syndicats et seulement 1 230 000 selon la police ce qui, même du point de vue du ministère de l’Intérieur, représente une hausse par rapport aux dernières manifestations.

Les raisons de la guerre des chiffres

La guerre des chiffres sur le nombre de grévistes et sur le taux de participation menée par le gouvernement répond à un enjeu de communication. L’opinion est largement favorable au mouvement social puisque 69% des Français le soutiennent selon CSA. Par ailleurs, tandis que la côte de popularité du gouvernement et du président de la République est au plus bas, celle des syndicats se porte bien étant passée selon l’Ifop de 43% en juin à 53% en octobre. Enfin, cette guerre a aussi pour objectif de décourager la population alors que la mobilisation gagne encore du terrain et qu’une autre journée de protestation est déjà programmée pour samedi 16 octobre avec l’objectif de drainer un public plus large. Le gouvernement tente désormais d’aller le plus vite possible dans l’achèvement du processus législatif en accélérant les débats et les votes au Sénat espérant ainsi couper l’herbe sous le pied des manifestants.

Les lycéens dans les manifestations

L’autre fait marquant de la journée d’hier aura été le sérieux coup de jeune donné aux manifestations par la présence de plusieurs milliers de lycéens dans les cortèges à l’appel de plusieurs organisations de jeunesse dont l’UNL et la FIDL. Ces derniers jours, le gouvernement avait là encore mené une bataille de communication, dénonçant une tentative de « manipulation » des jeunes. Hier les lycéens qui défilaient aux côtés des étudiants déjà présents lors des précédentes manifestations ont dit combien le sujet des retraites les touchait de près. « Reculer l’âge de départ à la retraite de 60 à 62 ans, c’est empêcher les jeunes de pouvoir s’insérer sur le marché de l’emploi dès la sortie de leurs études, explique l’UNL. Le gouvernement fait le choix de ne pas donner de perspectives d’avenir à la jeunesse ». La réponse au gouvernement est donc venue des jeunes eux-mêmes qui étaient aux dires de l’Unef plus de 150 000 dans les rues tandis que de son côté l’UNL annonçait la mobilisation des élèves dans 800 lycées.

Les enseignants toujours très mobilisés

Chez des enseignants la mobilisation est restée très importante hier. Près d’un sur deux était en grève, montrant que le mouvement ne faiblit pas malgré les répercussions financières du non paiement de trois journées de grève en un peu plus d’un mois. « Les enseignants sont inquiets pour leur avenir et celui du financement du système de retraites. Ils sont inquiets pour l’avenir de l’éducation et de la réussite des élèves en raison des nouvelles coupes budgétaires » a commenté Sébastien Sihr. Le secrétaire général du SNUipp a souligné « combien il est important que le gouvernement entende les revendications des enseignants » en faveur « d‘une réforme qui soit juste et équitable » et en faveur de l’obtention de garanties nécessaires afin de « pouvoir exercer leur métier et faire réussir les élèves ».

La dynamique pour réussir le 16

Après le succès des manifestations d’hier, les organisations syndicales ont maintenu leur appel à la manifestation de samedi. Ils ont vu dans l’ampleur des cortèges un élargissement de la mobilisation qui va se poursuivre dans les jours à venir. Dans plusieurs entreprises ou branches professionnelles, le principe de la grève renouvelable a été adopté. Pour ce qui est de l’école primaire, dans quelques départements des décisions similaires sont actées pour jeudi. Tout cela témoigne d’une dynamique qui, comme le souhaite le SNUipp, doit conduire « à la réussite de la journée de manifestations unitaire et interprofessionnelle du 16 octobre ». Le SNUipp soutient et encourage toutes les actions qui contribueront à rassembler toujours plus largement la population. Hier gouvernement et majorité sénatoriale sont restés sourds aux clameurs de la rue. « Nous sommes décidés à mener cette réforme à son terme » parce qu’elle est « raisonnable, juste et indispensable », a lancé le premier ministre à l’Assemblée nationale dans le cadre des questions d’actualité au gouvernement. Le Sénat, lui, poursuit la lecture du texte et a adopté les reculs des bornes d’âge pour l’âge légal de départ et pour la retraite à taux plein. Face à cette intransigeance, le SNUipp se prononce pour la poursuite des mobilisations lors d’une autre journée en début de semaine prochaine. En attendant l’intersyndicale se réunira jeudi, 48 heures avant ce qui s’annonce déjà comme la plus forte mobilisation contre la réforme des retraites.

 

45 visiteurs en ce moment

*Top

SNUIPP95 - Maison des Syndicats 26 rue Francis Combe 95014 Cergy Cedex - tél. 01 30 32 21 88 - Fax :01 30 32 39 12

snu95@snuipp.fr


©Copyright 2006 - SNUipp-FSU 95 , tous droits réservés.