www.snuipp.fr

SNUipp-FSU 95

Recherche par mots clé

Vous êtes actuellement : Archives  / Archives 2010-2011 

fontsizeup fontsizedown impression s'abonner  à la rubrique {}
18 janvier 2011

Évaluations CM2

Quand le ministère sous-évalue la controverse...

Les évaluations CM2 ont débuté hier dans une extrême confusion avec la divulgation du cahier d’évaluation et des 100 questions posées aux élèves. Une situation imputable à trois années de quasi surdité du ministère face aux critiques. Le SNUipp appelle à la remise à plat du dispositif.

Les évaluations CM2 ont débuté hier lundi 17 janvier et se dérouleront tout au long de la semaine. 730 000 élèves sont concernés par cet exercice controversé depuis sa mise en place en 2009, la contestation ayant cette fois pris une tout autre ampleur que les années précédentes. En effet, le cahier d’évaluation distribué dans les écoles la semaine dernière et les 100 questions auxquelles sont soumis les élèves en français et en mathématiques ont été mis en ligne sur plusieurs sites hier, tandis que devant certaines écoles ces mêmes documents ont été distribués aux parents d’élèves. Le ministre de l’éducation nationale a jugé cette publicité « inadmissible et irresponsable ». "J’ai saisi la direction des affaires juridiques (du ministère) et je me réserve le droit d’engager les poursuites qui s’imposent" a fait savoir Luc Chatel en estimant que la divulgation était « le fruit d’une infime minorité ».

Trois années de controverse

Il n’empêche qu’à écouter les enseignants le ministère aurait pu éviter la confusion régnant depuis hier. Dans un communiqué publié dimanche, le SNUipp a rappelé les principaux griefs portés par la majorité de la communauté éducative à l’égard de ces évaluations. Elles ne « fournissent pas d’informations suffisamment précises pour la régulation des apprentissages », elles servent « avant tout à piloter l’école par les chiffres, au détriment des besoins des élèves » et aussi la « date de passation en milieu d’année scolaire induit un manque de cohérence d’une évaluation qui se veut à la fois « bilan » et « diagnostic ». Ces évaluations sont aussi fortement critiquées depuis leur lancement en raison du mode de notation binaire et du risque de mettre en concurrence les écoles.

JPEG - 19.4 ko

Une remise à plat nécessaire

Bref, malgré des contacts réguliers sur cette question avec le ministère qui a reconnu le bien fondé de ces critiques en concédant quelques modifications par rapport aux deux années précédentes, « la mécanique d’ensemble reste la même » estime le SNUipp. Les initiatives prises hier sont aussi à mettre sur le compte de l’exaspération qui a gagné la communauté éducative lassée de ne pas être entendue. Exaspération aussi chez les parents d’élèves. La FCPE a appelé les enseignants à bloquer la transmission des résultats à leur hiérarchie, sortant en cela de son champ de compétence et renvoyant à la seule responsabilité ds maîtres la mise en œuvre du dispositif alors que la question de l’utilité et de la pertinence de l’exercice est posée à l’ensemble des partenaires de l’école. Pour le secrétaire général du SNUipp, la journée d’hier a surtout montré que « le malaise persiste ». Répondant aux propos du ministre, il a estimé « qu’il y a toujours un climat délétère de non-légitimité des évaluations auprès de certains enseignants » et que « pour recréer un peu de confiance, il faut que le ministère reprenne les discussions ». Dans un communiqué publié la veille, le syndicat qui estime que le système « doit être abandonné et revu », avait appelé à « une remise à plat du dispositif ».

 

24 visiteurs en ce moment

*Top

SNUIPP95 - Maison des Syndicats 26 rue Francis Combe 95014 Cergy Cedex - tél. 01 30 32 21 88 - Fax :01 30 32 39 12

snu95@snuipp.fr


©Copyright 2006 - SNUipp-FSU 95 , tous droits réservés.