www.snuipp.fr

SNUipp-FSU 95

Recherche par mots clé

Vous êtes actuellement : Archives  / Actualités 2011-2012 

fontsizeup fontsizedown impression s'abonner  à la rubrique {}
25 décembre 2011

CTM : les syndicats quittent la séance

Communiqué de presse et déclaration commune

Le Comité Technique Ministériel s’est réuni le16 décembre avec à l’ordre du jour 2 points concernant le premier degré :

1 - consultation concernant le projet de décret fixant l’échelonnement indiciaire : l’ensemble des organisations syndicales (SUD absent) s’est abstenu au regard de l’insuffisance des mesures.

2 - répartition des moyens à la rentrée scolaire :

- les documents ont été transmis jeudi soir veille du CTM pour une partie et remis en séance pour les autres ;

- les textes régissant le fonctionnement des nouveaux comités techniques sont en préparation et font l’objet de groupes de travail à la Fonction Publique : le ministère considère qu’une simple présentation en CTM est suffisante et que ce point ne relève pas de la consultation de l’instance ce que les syndicats contestent ;

- à cette date le budget n’a toujours pas été voté.

Sur la base de ces éléments, qui augurent mal de l’avancée du dialogue dans la Fonction Publique, l’ensemble des syndicats présents (FSU-UNSA-CFDT-FO-CGT) a demandé la tenue d’un nouveau CTM début janvier, une fois ces points clarifiés.

Vous trouverez ci-dessous le communiqué de presse du SNUipp et la déclaration commune au CTM.


Communiqué de presse du SNUipp FSU

Répartition académique des suppressions de postes :

acharnement contre l’école primaire

Le ministère vient de communiquer aujourd’hui, lors du Comité technique ministériel, la répartition académique des 5 700 suppressions de postes programmées dans le primaire pour la prochaine rentrée scolaire. Le projet ne fait pas dans la dentelle. Le couperet tombe dans toutes les académies, sauf la Guyane. Elles doivent toutes rendre des postes quelle que soit l’évolution du nombre d’élèves. Le ministère s’acharne contre l’école primaire alors même que l’OCDE pointe la faiblesse du taux d’encadrement du premier degré. La rue de Grenelle présente ainsi un triste bilan à contre-courant de toutes les recommandations, dont celle, dernièrement, du Haut Conseil à l’Education préconisant que le primaire bénéficie en priorité de moyens. L’équation s’annonce dévastatrice pour les élèves et leurs enseignants. Si l’engagement de Nicolas Sarkozy de maintenir le même nombre de classes à la rentrée prochaine est tenu, une purge se prépare sur tous les postes « hors classe » : moyens de remplacement, emplois d’animateurs TICE et de langues vivantes, aide spécialisée aux élèves en difficulté (RASED) et scolarisation des moins de trois ans.

Luc Chatel a placé son bilan éducatif sous le signe de la personnalisation. Aujourd’hui, les masques doivent tomber. Avec toujours moins d’enseignants, ce « sur-mesure » pédagogique n’est que de la poudre aux yeux. Dans les écoles, ce sont d’abord les élèves les plus fragiles qui payent le prix fort de cette politique absurde. Le noyau dur de l’échec scolaire ne se réduit pas comme le montre notamment la dernière enquête CEDRE que le ministère a cherché à dissimuler. 

Alors que le budget n’est pas encore voté, les organisations syndicales ont unanimement refusé de consulter ce projet dont les documents préparatoires n’ont été remis que ce matin et non 8 jours avant comme le prévoit la réglementation. Toutes les organisations syndicales ont quitté la séance. Un nouveau CTM devra être convoqué en janvier. 

D’ores et déjà, le SNUipp-FSU appelle les enseignants des écoles à se mobiliser massivement, aux côté des parents, pour s’opposer aux fermetures de postes qui seront annoncées lors des opérations de carte scolaire début 2012. Il proposera, dès janvier, à l’ensemble de ses partenaires, de nouvelles étapes de mobilisation unitaires.

Paris, le 16 décembre 2011


Déclaration commune

Ce CTM doit être consulté entre autres sur la gestion prévisionnelle des emplois pour l’année 2012-2013.

Force est de constater que malgré la rénovation du dialogue social dans la Fonction Publique, certains documents préparatoires ne sont parvenus aux organisations syndicales que très tardivement hier soir, d’autres viennent de nous être remis en séance ce matin. Le travail des représentants syndicaux ne peut se faire dans des conditions correctes.

Le Gouvernement fait le choix de supprimer encore 14 000 postes dans notre ministère alors que l’invertissement dans l’éducation doit devenir une priorité. Il faut, à partir des besoins, créer les emplois nécessaires, au lieu de décliner de manière dévastatrice pour l’école le dogme du non remplacement d’un fonctionnaire sur deux. Dans un contexte d’augmentation des effectifs, le prix à payer est lourd pour l’Education Nationale : 5 700 suppressions d’emplois dans le 1er degré public, 6 550 suppressions d’emplois dans le second degré public, suppressions de 400 emplois administratifs au 1er septembre 2012.

Cette politique met en cause la qualité du service public d’éducation malgré l’engagement de ses personnels. Elle n’est pas de nature à lutter contre les inégalités scolaires et à amener plus d’élèves vers mieux de réussite.

Ainsi mise en œuvre elle laissera des élèves en difficultés sans aide spécialisée, des classes sans remplaçants, des effectifs encore plus chargés. Ces choix budgétaires conduisent l’éducation dans une impasse. Dans un tel contexte, ensemble, nous allons continuer de nous mobiliser pour l’école.

FSU, CGT, UNSA, CFDT

Paris, le 16 décembre 2011

 

16 visiteurs en ce moment

*Top

SNUIPP95 - Maison des Syndicats 26 rue Francis Combe 95014 Cergy Cedex - tél. 01 30 32 21 88 - Fax :01 30 32 39 12

snu95@snuipp.fr


©Copyright 2006 - SNUipp-FSU 95 , tous droits réservés.