www.snuipp.fr

SNUipp-FSU 95

Recherche par mots clé

Vous êtes actuellement : Archives  / Actualités 2012-2013 

fontsizeup fontsizedown impression s'abonner  à la rubrique {}
21 février 2013

Déclaration à la CAPD du 21 février

Remplacements, promotions à la Hors Classe et salaires, Direction d’École, RASED, rythmes... Lire la déclaration liminaire du SNUipp-FSU 95.

VOIR LE COMPTE-RENDU DE LA CAPD ICI !

Déclaration du SNUipp-FSU 95 à la CAPD du jeudi 21 février 2013

Madame la Directrice Académique

Mesdames, Messieurs

Depuis plusieurs années, la situation du remplacement est catastrophique sur notre département. Celle-ci s’est de nouveau dégradée cette année et ce sont près de 200 classes qui se sont retrouvées chaque jour sans remplacement en février. Cela représente quotidiennement près de 5500 élèves qui se retrouvent sans enseignant remplaçant pour les prendre en charge !

Les absences de courte durée non remplacées, qui parfois durent, se multiplient. Les équipes enseignantes sont exaspérées par cette dégradation du remplacement qui installe des dysfonctionnements récurrents au sein des écoles. L’État n’assure pas la mission de continuité du service public d‘éducation. Comment et dans quelles conditions faire travailler nos élèves et comment assurer la sécurité de tous avec des effectifs qui frôlent parfois les 45 par classe après répartition ? Et que dire de l’image de l’école publique renvoyée aux parents d’élèves !

Le SNUipp-FSU 95 appelle donc les collègues, en lien avec les parents d’élèves, à appliquer la consigne syndicale de ne plus accueillir les enfants au delà de 3 jours non remplacés.

Le gouvernement affiche la priorité pour l’École primaire. Un plan d’urgence pour le remplacement dans notre département est indispensable.

Cette priorité à l’école primaire ne pourra, également, faire l’impasse sur la situation matérielle et financière des enseignants du premier degré.

Aujourd’hui, la Commission Paritaire Administrative Départementale va examiner l’avancement à la Hors Classe.

La question des carrières et des salaires est devenue très préoccupante pour notre profession. Depuis l’an 2000, le pouvoir d’achat des enseignants a diminué de 13%, situation en partie imputable au gel du point d’indice depuis trois ans. Le SNUipp dénonce le « déclassement salarial » dont sont victimes les Professeurs des Écoles. Un déclassement qui se traduit par exemple par le fait qu’après 15 ans d’exercice, les enseignants français du primaire sont payés 15% de moins que la moyenne des enseignants des pays de l’OCDE, soit une différence de plus de 320 euros par mois. Les inégalités salariales entre les enseignants hommes et femmes sont également très préoccupantes. Elles peuvent atteindre jusqu’à 150 € en fin de carrière, un comble dans une profession très majoritairement féminisée.

Le SNUipp-FSU demande une revalorisation financière des enseignants du primaire reconnaissant leur travail invisible (leur temps de travail réel étant estimé à 43 heures par semaine) en s’alignant sur la situation du second degré et revendique une augmentation qui ne peut être inférieure à 100 € mensuels.

Le SNUipp-FSU exige également une amélioration du déroulement de la carrière avec l’accès de tous à l’indice 783, indice terminal de l’actuelle hors-classe au rythme d’avancement le plus rapide, dans le cadre d’une classe unique. Il demande, par ailleurs, le recylindrage du corps par la transformation de la hors classe en échelons accessibles à tous.

Ces dernières années, le ministère a modifié le barème d’accès à la Hors Classe pour laisser croire qu’il se préoccupait de la revalorisation de la carrière des enseignants. Néanmoins, le contingent d’accès à la hors classe est toujours aussi faible : il était l’an dernier de 2% alors que les textes permettent un ratio de 15%.

En 2012, l’application de ce ratio de 2% pour les 4296 enseignants promouvables du Val d’Oise s’est concrétisé par l’attribution de seulement 86 promotions à la Hors Classe.

De même, chaque année, une forte majorité de professeurs des écoles qui partent à la retraite n’ont pu accéder à la Hors Classe et n’ont même pas atteint le 11ème échelon de la classe normale. Ce constat n’est pas acceptable. La nécessaire question de la revalorisation de notre profession et du pouvoir d’achat des enseignants est plus qu’urgente.

De plus, l’abrogation du jour de carence en cas d’arrêt maladie est, elle aussi, attendue par nos collègues. L’annonce dans le journal Les Échos de ce jour, par Marylise Lebranchu, Ministre de la fonction publique, de la suppression de cette mesure « injuste, inutile, inefficace et humiliante » devra donc rapidement être confirmée par le gouvernement.

La CAPD d’aujourd’hui examine également les inscriptions sur la liste d’aptitude pour les directions d’écoles. Depuis plusieurs années, la situation de la direction d’école est de plus en plus critique : des tâches alourdies, des missions complexifiées, un manque de temps notable... Il est temps de reconnaître et de soutenir l’engagement des directrices et directeurs pour la réussite des élèves et le fonctionnement de l’École. Les discussions sur ce dossier doivent rapidement s’ouvrir et amener impérativement des propositions concrètes !

Par ailleurs, les départs en stage CAPA-SH et en formation de psychologue scolaire sont à l’ordre du jour de cette CAPD. Les coupes sombres dans les RASED ces dernières années ont fragilisé le traitement de la difficulté scolaire. Sur certains secteurs, la situation est intenable. Réimplanter et développer les RASED sur le Val d’Oise doit, là encore, être une priorité. Cela passe nécessairement par une programmation et une augmentation du volume de départs en stage. Dans le même temps, le groupe de travail sur la place et l’évolution des missions des personnels spécialisés des réseaux d’aides aux élèves en difficulté, promis et annoncé depuis plusieurs mois par le Ministre, doit se mettre en place sans attendre.

Enfin, sur la question des rythmes scolaires, il faut sortir de l’impasse. Sans accord : le report ! Une large consultation doit être organisée avant toute prise de décision par les communes afin de construire, tous ensemble, un projet de qualité. Évitons l’enlisement, car une réforme en échec, ou simplement fragilisée, risquerait de mettre en danger la priorité au primaire à laquelle nous sommes tous et toutes attachés.

VOIR LE COMPTE-RENDU DE LA CAPD ICI !

 

23 visiteurs en ce moment

*Top

SNUIPP95 - Maison des Syndicats 26 rue Francis Combe 95014 Cergy Cedex - tél. 01 30 32 21 88 - Fax :01 30 32 39 12

snu95@snuipp.fr


©Copyright 2006 - SNUipp-FSU 95 , tous droits réservés.