www.snuipp.fr

SNUipp-FSU 95

Recherche par mots clé

Vous êtes actuellement : Archives  / Actualités 2012-2013 

fontsizeup fontsizedown impression s'abonner  à la rubrique {}
2 avril 2013

Le report à 2014 s’impose

Seules 14 communes du 95, à ce jour, entrent dans le dispositif de la semaine à 4,5 jours à la rentrée 2013.
Communes
BERNES SUR OISE
BOUFFEMONT
BOUQUEVAL
COURDIMANCHE
ERAGNY SUR OISE
GENAINVILLE
GONESSE
JOUY LE MOUTIER
NEUVILLE SUR OISE
SAINT OUEN L’AUMÖNE
SAINT GRATIEN
VAUREAL
VILLERON
VILLIERS LE BEL

En date du 2 avril, seules 14 communes dans le Val d’Oise ont fait connaître, officiellement, leur décision de rentrer dans le dispositif de la semaine à quatre jours et demi à la rentrée prochaine.

Au niveau national, seulement 18,6 % des communes, 22,5% des écoles, et 22,3 % des élèves seront finalement concernés par une modification des rythmes scolaires dès la rentrée 2013.

L’enquête nationale menée par le SNUipp-FSU dresse un premier bilan sans appel. Une majorité écrasante de communes estiment que la réforme est loin d’être mûre et attendront 2014 comme le demandait le SNUipp-FSU.

Les disparités départementales sont importantes : aucun élève ne changera de rythme dans le Val de Marne ou les Hauts de Seine, moins de 1% dans les Bouches du Rhône, 2,6 % dans le Rhône, 3,5 % dans les Alpes maritimes. Par contre, ils seront 98% en Ariège, 80 % en Haute Garonne, 84% dans les Deux-Sèvres, 79,5 % dans les Landes

Pour 2013, c’est avec l’accord des enseignants

Pour les écoles passant en 2013, les Directeurs académiques de l’Éducation nationale (DASEN) doivent maintenant valider les projets présentés par les collectivités locales ou les conseils d’écoles. Le SNUipp demande que les nouvelles organisations de la semaine (mercredi ou samedi) et de la journée (horaires scolaires, durée de la pause de midi, contenu et organisation des activités périscolaires en fonction de l’âge des enfants) soient le fruit d’une réelle concertation avec les enseignants et les parents au sein des conseils d’école. Là où les projets ne sont pas encore clairement finalisés, la concertation doit se poursuivre. Nous continuons de demander au ministre et à ses représentants (DASEN) que, là où il n’y pas accord de la communauté éducative (enseignants, parents), ce soit le report systématique à 2014.

Pour 2014, c’est dès maintenant qu’il faut de nouvelles garanties

D’une manière générale et dès maintenant, il faut tirer les conséquences de ce premier bilan afin de préparer sereinement 2014.

La prise en considérations des conditions de travail des enseignants, les questions du financement des activités éducatives, de leur gratuité, du recrutement et de la qualification des animateurs restent entièrement posées.

- Il faudra apporter des réponses aux enseignants. Leur avis doit être pris en compte dans les projets qui doivent se discuter. De réelles concertations doivent se mettre en place. Il faut aussi avancer vite sur la nécessaire revalorisation de leurs salaires. Le ministère doit maintenant mettre sur la table des propositions sérieuses concernant la création d’une indemnité s’alignant sur l’ISOE du second degré et des améliorations de leur déroulement de carrière.

- Il faut aussi donner des garanties aux collectivités locales qui ne peuvent, à elles-seules, supporter le coût de la réforme sur le long terme. A défaut, les nouveaux temps éducatifs promis aux enfants par le ministre pourraient bien se transformer en garderie et creuser ainsi des inégalités déjà trop lourdes en matière d’offre éducative.

 

12 visiteurs en ce moment

*Top

SNUIPP95 - Maison des Syndicats 26 rue Francis Combe 95014 Cergy Cedex - tél. 01 30 32 21 88 - Fax :01 30 32 39 12

snu95@snuipp.fr


©Copyright 2006 - SNUipp-FSU 95 , tous droits réservés.