www.snuipp.fr

SNUipp-FSU 95

Recherche par mots clé

Vous êtes actuellement : Archives  / Actualités 2013-2014 

fontsizeup fontsizedown impression s'abonner  à la rubrique {}
5 février 2014

CDEN : l’école sous haute tension !

C’est dans un climat tendu que s’est tenu le Comité Départemental de l’Éducation Nationale, réuni ce soir mardi 4 février 2014 à la préfecture à 18h. Instance où siègent les représentants des personnels, des parents d’élèves, d’élus, de l’administration et de l’État.

Le Préfet du Val d’Oise affichant un mépris certain envers les organisations syndicales (les 2 représentants CGT et FO ont alors décidé de quitter la séance) et les fédérations de parents d’élèves, a présidé la séance en présence de la Directrice Académique. La délégation du SNUipp, avec la FSU, a néanmoins décidé de siéger à ce CDEN de repli (ne nécessitant pas de quorum pour se tenir contrairement à celui du 19 décembre qui n’avait pas pu avoir lieu suite à notre sortie). A l’ordre du jour de ce CDEN figurait le règlement type départemental avec en annexe les nouveaux horaires des écoles du département à la rentrée 2014.

Le SNUipp-FSU 95 tenait donc également à faire une déclaration liminaire afin que chaque membre du CDEN (parents, élus, administratifs) entende nos revendications.


Déclaration de la FSU au CDEN du mardi 4 février 2014

Ce premier semestre a été rude dans les écoles. Malgré la « priorité au primaire » affichée et une Loi de Refondation de l’école pourtant très attendue par notre profession, les conditions d’exercice de notre métier se révèlent toujours aussi difficiles. La question des rythmes scolaires parasite tous les autres débats et jette le trouble dans les écoles.

Or l’enjeu fondamental pour notre école est bien la réussite de tous nos élèves. Il n’est pas tolérable que les inégalités s’accroissent et que l’écart qui sépare les élèves continue de grandir. Sans les enseignants, cette réussite ne pourra se concrétiser. L’enjeu est de taille. Les enseignants doivent être reconnus et revalorisés. Ils doivent être formés à la hauteur des attentes de notre métier et de ses exigences. L’absence de la formation, qui continue de payer le lourd tribut des suppressions massives de postes des dernières années, est inacceptable !

Quant aux rythmes scolaires, le SNUipp-FSU avec les collègues a toujours dénoncé l’organisation de la semaine décidée unilatéralement en son temps par le ministre Xavier Darcos entraînant la réduction du temps de classe pour tous, des journées à rallonge, alourdies par l’aide personnalisée et des programmes inadaptés. Mais la réforme des rythmes telle qu’elle est conçue par le ministre aujourd’hui ne fonctionne pas ! Au contraire elle cristallise tous les mécontentements. Cette réforme n’était ni l’urgence, ni la priorité, et assurément pas la solution pour réduire la difficulté scolaire.

Lors de ce CDEN, vous devez présenter, Madame la directrice, Monsieur le Préfet, les organisations des communes du département. Dans les documents préparatoires à ce CDEN où nous ne trouvons que 57 communes, force est de constater qu’on est bien loin de l’esprit de la loi ! Nous dénonçons à nouveau les différences qui se creusent entre les communes, entre les écoles d’une même commune et parfois même au sein d’une même école ! Ce sont bien les contraintes budgétaires, humaines et matérielles qui priment sur les organisations et l’intérêt de l’enfant semble bien loin. Les inégalités entre les communes seront amplifiées. Tous les enfants ne seront pas "logés à la même enseigne", les enseignants non plus !

C’est dans ces conditions que le SNUipp-FSU interroge toute la profession pour présenter le 12 février, lors du comité de suivi ministériel, un contre rapport.

Par ailleurs, la période électorale qui s’ouvre avec les élections municipales au mois de mars n’est pas propice à la sérénité nécessaire pour un tel dossier et crée beaucoup d’incertitudes, d’inquiétudes et de questionnements.

La situation actuelle ne peut plus durer. Le SNUipp-FSU exige la suspension immédiate de la réforme des rythmes et l’écriture d’un nouveau décret sur l’organisation du temps scolaire, conforme aux besoins pédagogiques des élèves et dans le respect des conditions de travail des enseignants.

C’est bien pour marquer notre engagement aux côtés des Écoles de notre département que nous avons décidé de ne pas siéger le 19 décembre dernier. C’était aussi pour marquer notre mécontentement quant au fonctionnement de nos instances : délais de transmission des document tardifs et / ou incomplets, non-respect de la légalité. L’ordre du jour de ce CDEN comprend la présentation du Règlement Départemental des Écoles : nous ne pouvons que déplorer sa présentation tardive, promise pourtant pour la rentrée 2013.

Enfin, nous souhaitons affirmer notre condamnation pleine et entière de la « journée de retrait de l’école » : cette initiative déplacée et mensongère a voulu discréditer l’École Publique et ses personnels en avançant des arguments fallacieux. Il s’est agi de jeter le trouble et la suspicion sur l’École publique dans une attitude obscurantiste et revancharde vis-à-vis de récentes avancées sociétales. L’utilisation de la désinformation et du mensonge en dit long sur les objectifs de cette action, qui semblait s’articuler avec d’autres manifestations politiques. Nous souhaitons assurer ici les Associations de Parents d’élèves, et notamment la FCPE, de notre soutien et de notre solidarité face aux attaques dont ils ont pu être ou dont ils pourraient être les victimes et que nous ne saurions tolérer.

Déclaration du SNUipp et de la FSU au CDEN du 4 février 2014


Rythmes scolaires : le grand bazar

Durant les travaux du CDEN, le SNUipp-FSU a demandé à dissocier l’étude du règlement type départemental et de ses annexes fixant les différentes organisations de la semaine pour la rentrée prochaine. Le règlement type a été voté à l’unanimité.

Sur 163 communes, la Directrice Académique n’avait à présenter qu’une liste de 75 communes ayant fait remonter une nouvelle organisation qu’elle avait validée ! Pour 17 villes, le projet serait encore à l’étude à la direction académique. 16 sont déjà passées aux nouveaux rythmes en septembre 2013. 55 communes n’ont à ce jour pas encore présenté de projet !

Le SNUipp-FSU 95 est intervenu longuement sur le cadre général de la réforme et sur ses différentes déclinaisons, applications et incidences sur les personnels, les élèves et les écoles de notre département. Nous avons également dénoncé les inégalités entre les territoires, voire sur un même territoire, qui se creusent. Nous avons déclaré qu’il était incompréhensible qu’autant de dérogations aient été accordées, illustrant de fait les impasses de cette réforme (journées maintenues à 6 heures, demi-journées avec 1 seule heure de classe, 2 heures le mercredi matin, allongement de la pause méridienne pouvant aller jusqu’à 3h30...). Par ailleurs, nous sommes revenus sur les difficultés des communes étant entrées dans les nouveaux rythmes en septembre 2013 et sur la tentative de passage en force d’une modification d’organisation en cours d’année sur Villiers-le-Bel, et ce, au mépris des personnels dans les écoles.

Le Préfet annonce qu’un nouveau CDEN serait convoqué le 10 avril pour présenter les organisations manquantes... Le lendemain de l’ouverture du mouvement intradépartemental des enseignants du Val d’Oise !

Enfin, le SNUipp-FSU 95 a demandé à voter sur les annexes fixant les nouvelles organisations des rythmes scolaires dans les 75 communes présentées pour l’année 2014-2015.

POUR :SGEN-CFDT (1 voix)
ABSTENTION : SE-UNSA (1 voix)
CONTRE :SNUipp-FSU (5 voix)

La FCPE (parents d’élèves) s’est abstenue.

 

21 visiteurs en ce moment

*Top

SNUIPP95 - Maison des Syndicats 26 rue Francis Combe 95014 Cergy Cedex - tél. 01 30 32 21 88 - Fax :01 30 32 39 12

snu95@snuipp.fr


©Copyright 2006 - SNUipp-FSU 95 , tous droits réservés.