www.snuipp.fr

SNUipp-FSU 95

Recherche par mots clé

Vous êtes actuellement : Archives  / Actualités 2013-2014 

fontsizeup fontsizedown impression s'abonner  à la rubrique {}
22 mai 2014

CHSCT : déclaration

Déclaration de la délégation FSU au CHSCT du Val d’Oise.

Madame l’Inspectrice D’Académie,

Mesdames, Messieurs

Après les deux réunions du groupe de travail consacré aux visites d’établissements et la visite du collège Aimé Césaire d’Ézanville le premier 2014 CHSCTsD-95 de l’année se réunit enfin.

Nous vous interpellions il y a quelques mois afin qu’une solution pérenne soit trouvée pour « loger » les conseillers d’orientation psychologues ; seule une solution transitoire leur a été proposée. Leur angoisse reste forte quant à leur devenir et à celui de leurs missions.

Nous vous avons régulièrement fait part de nos craintes devant l’autoritarisme exacerbé auquel se livrent un nombre croissant de chefs d’établissement du second degré. Les remontées du terrain nous montrent hélas que loin de se calmer, les tensions s’aggravent, mettant à mal la cohésion des équipes pourtant bien nécessaire au vu de la dégradation régulière des conditions de travail. Plus grave, il semble que la formation de nos chefs d’établissement intègre des modules de management développé et les invite à user et abuser de ces techniques présentées comme l’arme absolue à opposer à la résistance de nos collègues à la dégradation de nos conditions de travail. C’est pourtant un type de gouvernance dont on a pu constater les pires conséquences chez France Télécoms il y a encore peu !

Concernant le second degré, la mise en place des épreuves orales de L.V. (baccalauréat et BTS) ont été cette année encore source de tension et de malaise pour les équipes de langues vivantes. enseignants de langues ont encore énormément souffert afin de mettre en place les épreuves de baccalauréat ou de BTS. Les remontées de l’an passé n’ont visiblement pas été écoutées et encore moins prises en compte !

Dans le premier degré, les directeurs souffrent de plus en plus du fait de la multiplication des injonctions diverses et variées, pour ne pas dire parfois contradictoire ! Les professeurs des écoles ne se sentent pas plus épargnés : les conditions de la mise en place de la réforme des 4,5 jours demeurent inacceptables malgré les quelques retouches annoncées qui s’apparentent plus à des cautères sur une jambe de bois qu’à la prise en compte de leurs problèmes et revendication (moratoire de la réforme). De même, il semble que les conditions de travail – et donc l’ambiance – se dégradent rapidement au sein de la DSDEN, qui relève, je vous le rappelle, de notre champ de compétence.

Ce 22 mai, nos collègues infirmières scolaires se mobilisent. Nos collègues ont écrit au Ministre de l’Éducation Nationale Benoît Hamon pour lui faire part de leur refus de la mise en place de la MISSE, mission interministérielle de santé, sociale et éducative.

Déjà le 23 novembre 2012 Vincent PEILLON, alors Ministre de l’Éducation Nationale, avait renoncé, sous la vive pression de nos collègues, à réorienter la politique de santé à l’école vers l’interministériel (rapport Pinville).

Ce changement de tutelle, s’il se confirmait, poserait de grand problème de gestion de la santé des élèves dans les établissements scolaires. Les Infirmiers Conseiller(è)s de Santé ne doivent pas devenir de simple statisticien(ne)s au services des ARS (agences régionales de santé) qui ont causé plus de dégâts qu’autre chose dans le système français de santé.

Je cite ici des extraits de courriers émanent du SNICS-FSU :

« A travers les missions d’accueil et d’écoute, l’infirmière de l’éducation nationale permet d’abord de remettre les élèves en cours dans les conditions les plus favorables aux apprentissages, ce qui est ressenti comme nécessaire, par les élèves et les familles. Sa capacité professionnelle à analyser les besoins au niveau individuel permet également d’apporter des conseils au chef d’établissement. Cette fonction de conseils favorise l’apaisement de tensions qui peuvent échapper à la compréhension de l’équipe éducative et pédagogique. … En l’état de nos connaissances, c’est plus de 15 millions de passages d’élèves qui viennent de leur propre intention à l’infirmerie. Ils choisissent le plus souvent, la forme de la plainte somatique, protégée par le secret, pour énoncer toutes sortes de difficultés que l’on nomme communément sous le nom de mal être, considéré, par ailleurs comme la deuxième cause de mortalité chez les jeunes derrière les accidents de la voie publique. Cette mission assurée par l’infirmière de l’Éducation nationale n’a de réalité qu’au sein d’une équipe éducative et pédagogique et sous la hiérarchie du chef d’établissement. Elle permet une prise en charge globale de l’élève et des réponses adaptées aux finalités de l’École. »

La FSU se félicite de la participation à cette journée d’action des trois fédérations syndicales qui siègent au CHSCTD95 et qui représentent près de 94% des infirmières et infirmiers scolaires.

Mais les infirmier(e)s Conseiller(e)s de Santé ne sont pas les seul(e)s concerné(e)s. Les élèves mais aussi les équipes éducatives le sont, cette désorganisation annoncée du système de santé scolaire liée au manque de médecins scolaires serait catastrophique. Est-ce un changement de tutelle lié à l’acte trois de la décentralisation qui se prépare ? Les Personnels de l’éducation nationale n’a que trop souffert de la décentralisation et des tels changements de tutelle, source de désorientation et de dilution ou d’opacité des missions.

L’ensemble des problèmes énoncés ci-dessus ne le sont qu’à titre d’exemple, la liste n’est, hélas, en rien exhaustive !

Le représentant de la MGEN 95, va nous présenter le réseau PAS. Ce réseau est une excellente chose, pour autant, il ne peut être un correctif acceptable des effets néfastes sur notre santé des nombreuses attaques dont la Fonction Publique en générale et l’Éducation Nationale en particulier.

Nous espérons que le Ministère de l’Éducation Nationale va enfin écouter ses personnels et que des solutions pérennes seront apportées aux souffrances des personnes.

Je vous remercie de votre attention.

 

31 visiteurs en ce moment

*Top

SNUIPP95 - Maison des Syndicats 26 rue Francis Combe 95014 Cergy Cedex - tél. 01 30 32 21 88 - Fax :01 30 32 39 12

snu95@snuipp.fr


©Copyright 2006 - SNUipp-FSU 95 , tous droits réservés.