www.snuipp.fr

SNUipp-FSU 95

Recherche par mots clé

Vous êtes actuellement : Archives  / Archives 2003 

fontsizeup fontsizedown impression s'abonner  à la rubrique {}
20 octobre 2003

1 mai 2003

1er mai exceptionnel :

Manifestons pour les retraites !

Rendez-vous à 15 h place de la République

sous le ballon de la FSU

6 mai :

Grève nationale unitaire

à l’appel des fédérations de l’éducation nationale

FAEN, FERC-CGT, FSU, Sgen-CFDT et UNSA Education

- pour la priorité à l’Education

- pour le maintien et le développement du Service Public d’Education

- pour le maintien des retraites

Manifestation régionale

13h30 Denfert Rochereau

Rendez-vous sous le ballon de la FSU Val d’Oise

Le conseil syndical du SNUipp 95

appelle à reconduire la grève

Suite aux AG de grève du 6 mai et aux AG préparatoires qui se sont réunies les jours précédents, le conseil syndical du SNUipp Val d’Oise se félicite des perspectives de mobilisation qui sont aujourd’hui ouvertes. Il apporte son soutien aux collègues qui dès aujourd’hui dans les écoles de Garges, de Sarcelles, d’Argenteuil ont décidé de reconduire la grève (la section départementale du SNUipp avait déposé un préavis de grève à cet effet). Le Conseil Syndical estime qu’il est plus que jamais nécessaire de développer une action déterminée, dans un cadre unitaire le plus large, interprofessionnel, pour faire échec aux projets du Gouvernement en matière de remise en cause irrémédiable des services publics et de retraites.

C’est pourquoi le Conseil Syndical du SNUipp Val d’Oise appelle l’ensemble des collègues à reconduire la grève à partir du 13 mai (avant partout où les conditions seront réunies).

Le Conseil Syndical appelle à réussir toutes les initiatives d’ores et déjà prévues et celles qui seront décidées maintenant à partir de maintenant.

Il invite également tous les collègues du département à participer aux Assemblées Générales qui seront organisées dans l’ensemble du département et à établir avec les parents tous les contacts nécessaires.

Le SNUipp s’est prononcé, au plan local comme au plan départemental, pour le démarrage d’une grève reconductible unitaire et interprofessionnelle (dont les modalités de reconduction seront à définir ensemble), nécessaire riposte à la hauteur des attaques que nous subissons actuellement.

Aujourd’hui, le SNUipp et la FSU oeuvrent de toutes leurs forces pour que l’unité syndicale se fasse, à tous les niveaux, pour que ce cadre unitaire soit le plus large possible, condition indispensable à une issue favorable à ce conflit.

POURSUITE DE L’ACTION : GREVE NATIONALE DèS LE 6 MAI La FAEN, la FERC-CGT, la FSU, le SGEN-CFDT et l’UNSA Education confirment leur déclaration du 10 avril.

Le gouvernement ne répond toujours pas aux revendications exprimées par les personnels par de multiples actions de grèves et de manifestations depuis le 17 octobre.

Les suppressions d’emplois sont maintenues et les prévisions du budget 2004 sont alarmantes. Le projet de loi d’assistants d’éducation vient d’être adopté par le Parlement ; les projets annoncés de décentralisation et de transfert de plus de 110 000 emplois aux collectivités territoriales menacent les missions des personnels concernés, leur rôle dans les équipes éducatives et plus généralement l’unité du système éducatif, l’égalité d’accès des jeunes au droit à l’éducation et à la formation, faisant ainsi courir le risque d’un véritable démantèlement du service public.

Ces attaques interviennent à un moment où se développe une politique qui met en cause le rôle et la place des services publics ainsi que l’avenir de nos systèmes de retraite.

Dans ce contexte, les cinq fédérations considèrent qu’il est indispensable de franchir un nouveau seuil de mobilisation contre le démantèlement du service public et l’abandon de la priorité à l’éducation.

Elles veulent construire un processus d’action dans la durée qui, s’appuyant sur la dynamique créée par les mobilisations locales qui se développent, permettra de les amplifier.

C’est pourquoi, elles renouvellent leur appel à étendre ces mobilisations. Dans cette perspective, elles demandent à leurs syndicats et sections de se réunir au plan local, départemental ou régional pour :

- Décider ensemble d’initiatives d’action pendant le mois d’avril en tenant compte des périodes de vacances et des possibilités au plan local : grèves, actions de blocage qui ne pénalisent pas la scolarité des élèves, manifestations, délégations auprès des préfets, des parlementaires ou des présidents de conseils généraux et régionaux, etc…

- Réunir les enseignants, les IATOSS, l’ensemble de l’équipe éducative dans les établissements et les services afin de les informer et débattre avec eux des conséquences des projets gouvernementaux et des actions à conduire.

- Mener une campagne d’interpellation et de sensibilisation publique notamment en direction des parents.

Elles entreprennent pour cela d’élaborer un matériel commun d’information sur les enjeux de la lutte engagée contre le démantèlement en cours.

Elles appellent les personnels à la grève et à des manifestations dès la rentrée commune à toutes les académies, le 6 mai.

Elles se réuniront le jour même pour débattre des suites.

Paris, le 11 avril 2003

mardi 13 mai Grève nationale à l’appel de CGT, CFDT, FO, CFTC, UNSA, FSU pour les retraites

Manifestation 11h

République

Attention, il n’y aura pas de transports, SNCF et RATP appelant à la grève.

Déclaration commune CGT, CFDT, CGT-FO, CFTC, UNSA, FSU Grève interprofessionnelle

mardi 13 mai

Depuis plusieurs mois, les organisations syndicales ont fait connaître leurs propositions, analyses, revendications en matière de retraite.

Tant pour les générations actuelles que futures, une réforme est nécessaire pour garantir l’avenir de nos régimes de retraites.

Le gouvernement, après avoir tergiversé, vient d’annoncer des mesures. Elles sont exclusivement dictées par la volonté de réduire les dépenses sociales et publiques. Elles ne peuvent satisfaire les revendications portées par les organisations syndicales.

Convaincues que seule l’intervention de l’ensemble des salariés pourra permettre de modifier ces choix, la CGT, CFDT, CGT-FO, CFTC, UNSA, FSU appellent d’ores et déjà, au-delà du 1er mai, les salariés du public et du privé, les retraités, à une journée d’action, de manifestations et de grèves sur leurs revendications le mardi 13 mai 2003.

Jeudi 15 mai :

Manifestation 14h Luxembourg

17h 30 : Assemblée Départementale à la Maison des Syndicats à Cergy

(l’horaire a été retardé pour permettre la participation à la manif)

FAEN - FERC-CGT - FSU -

SGEN-CFDT - UNSA Education

POURSUIVRE ET AMPLIFIER L’ACTION :

NOUVELLE JOURNEE NATIONALE D’ACTION LE 19 MAI

La grève et les manifestations du 6 mai montrent la permanence d’une mobilisation importante. Elle demeure très révélatrice du climat de tension et des fortes inquiétudes dans le secteur de l’Education et de la recherche publique, notamment là où les personnels se sont engagés dans l’action depuis plusieurs semaines. Si cette situation existe, c’est que le gouvernement s’obstine à ignorer avec mépris les revendications des personnels et de leurs organisations syndicales :
- Absence de priorité à l’Education, aggravée par les annonces sur le budget 2004

- Passage en force concernant les assistants d’éducation

- Renforcement de la précarité de l’emploi

- Transfert de missions et de personnels conduisant au démantèlement du service public d’Education nationale

- Projet de réforme des retraites faisant gravement chuter le niveau des pensions… Cette mobilisation doit se poursuivre aussi bien sur les questions d’éducation, de service public que de retraites. Il s’agit de construire un mouvement dans la durée, rassemblant le plus largement possible et s’appuyant sur les initiatives prises au plan local. Les 5 fédérations appellent donc les personnels :
- à poursuivre, étendre, et amplifier le mouvement de grève et de manifestation
- à participer à la réussite de l’action interprofessionnelle du 13 mai sur les retraites Les fédérations estiment nécessaire un nouveau temps fort national d’action permettant de fédérer l’ensemble des mouvements en cours. Sans préjuger des décisions des confédérations et des organisations de fonctionnaires, le 19 mai, jour de la réunion à la fois des Conseils Supérieurs de la Fonction Publique et du Conseil National de l’Enseignement Supérieur Et de la Recherche, pourrait en être l’occasion. Les fédérations resteront en contact, pour faire le point et prendre en compte les évolutions de la situation.

Paris, le 6 mai 2003

Mardi 13 mai : plus de 80 % des enseignants des écoles du Val d’Oise en grève

Depuis plusieurs mois, enseignants, parents, défenseurs de l’école se battent pour que l’Education redevienne une priorité budgétaire et politique dans notre pays.

Depuis plusieurs semaines, les fonctionnaires et les travailleurs des entreprises privées se battent pour mettre un coup d’arrêt aux projets actuels qui entraîneront une baisse de 25 % des pensions des fonctionnaires (ce qui ne résout en rien les problèmes des caisses du privé), qui visent à allonger la durée du travail pour tous les salariés et qui marquent enfin des régressions sociales sans précédent !

Le mardi 13 mai va marquer une nouvelle étape dans les actions avec plus de 80 % de grévistes dans les écoles, des centaines d’établissements (plus de 50%) totalement fermés dans le Val d’Oise.

Déjà dans plusieurs secteurs du département les enseignants ont cessé le travail avec le soutien du SNUipp FSU. Aujourd’hui, ces mobilisations doivent se poursuivre et s’étendre aussi bien sur les questions d’éducation, de service public que de retraites. C’est l’avenir de nos enfants qui se joue aujourd’hui !

C’est pourquoi le SNUipp FSU appelle l’ensemble des collègues à se prononcer dans le cadre des assemblées générales pour la reconduction de la grève et à engager tous les contacts nécessaires avec les parents et les familles.

Communiqué de presse le 12 mai 2003

FAEN, FERC-CGT, FNEC FP-FO, FSU, SGEN-CFDT, UNSA Education

La journée du 13 mai a été marquée par une mobilisation particulièrement puissante dans l’éducation et la recherche publique. Celle-ci montre que les personnels ont conscience de l’ampleur des enjeux tant pour nos systèmes de retraites que pour l’avenir du système éducatif et qu’ils s’opposent avec la plus grande fermeté aux choix gouvernementaux.

Cette journée a manifesté également la volonté de poursuivre et amplifier l’action : dans de multiples départements des décisions de reconduction ont été prises ou confirmées.

La FAEN, la FERC-CGT, la FNEC FP-FO, la FSU, le SGEN-CFDT et l’UNSA-Education appellent les personnels à étendre ce mouvement et à décider dans l’unité de reconduire la grève partout où cela est possible.

Elles confirment leur volonté de faire du 19 mai, jour de la réunion du CSFPE sur les retraites et du CNESER sur les projets de réforme des universités, une nouvelle étape permettant de rassembler et fédérer les initiatives. Elles appellent tous les personnels de l’éducation et de la recherche publique à faire grève et manifester ce jour là pour la défense de nos retraites, pour l’éducation et contre le démantèlement du service public.

La FAEN, la FERC-CGT, la FSU, le SGEN-CFDT et l’UNSA Education se sont adressées au Premier ministre pour demander à être reçues au plus vite.

Paris, le 14 mai 2003

Pour la défense et l’amélioration

des retraites, des pensions,

des services publics.

Les organisations syndicales de la fonction publique

CGT - FO - UNSA - CFTC - FSU

Ile de France

Se félicitent de la réussite et de l’ampleur de la mobilisation interprofessionnelle du 13 mai dans la région Ile de France.

Demandent l’ouverture de véritables négociations sur des solutions alternatives aux propositions du gouvernement, garantissant pour tous les salariés :

Le système de retraite par répartition

Le droit à la retraite à taux plein à 60 ans

Un haut niveau de pension

Des services publics de qualité pour tous.

Afin d’inscrire l’action dans la durée, elles appellent à amplifier le mouvement de grèves et de manifestations déjà engagé et à faire du 19 mai une nouvelle étape de la mobilisation.

Elles appellent à faire grève et à manifester le 19 MAI 2003, jour de la première présentation du projet de loi sur les retraites devant les trois conseils supérieurs de la fonction publique

Manifestation

Rendez-vous 11 heures

Place Denfert Rochereau

en direction des Invalides

19 mai : Enorme la manif Val d’Oise !

Bravo à toutes celles et tous ceux qui ont bravé la pluie (au moins 2 000) pour battre le pavé parisien.

Grand merci au guitariste et aux chanteuses et chanteurs qui ont su animer le cortège !

Dès que possible, les photos sur le site...

Taux de grévistes du jour : 65 % selon notre dernier pointage (il reste des secteurs où nous attendons les remontées)

FAEN - FERC-CGT - FSU- SGEN-CFDT - UNSA Education

22 mai : nouvelle journée nationale

La journée du 19 mai a été marquée par une nouvelle mobilisation particulièrement puissante dans l’éducation et la recherche publique. Celle-ci confirme que les personnels s’opposent avec la plus grande fermeté aux choix gouvernementaux en matière de retraites et d’avenir du système éducatif.

Cette nouvelle journée a démontré une fois de plus la volonté de poursuivre l’action : dans de multiples départements des décisions de reconduction sont confirmées.

La FAEN, la FERC-CGT, la FSU, le SGEN-CFDT et l’UNSA-Education appellent les personnels à poursuivre ce mouvement et à décider dans l’unité de reconduire la grève partout où cela est possible.

Elles appellent à faire du 22 Mai une nouvelle journée nationale de mobilisation permettant de fédérer les actions en cours.

Les fédérations rappellent leur exigence d’ouverture de véritables négociations sur l’ensemble des questions portées par le mouvement :

- d’une part au plan de l’Education

- priorité à l’Education

- retrait du projet de loi sur les transferts des personnels

- Mi-Se et aides-éducateurs

- d’autre part au plan des retraites

Les fédérations de l’Education appellent à participer à la manifestation nationale du 25 Mai pour l’avenir de nos retraites

COMMUNIQUE DE PRESSE

Paris, le 19 mai 2003 - 17 heures

Départ 13h Sorbonne ( Place E. Rostand )

vers Invalides (direct par Port Royal et le Bd Montparnasse)

FERC-CGT - FSU - Sgen-CFDT -

Sud Education - UNSA Education Val d’Oise

POURSUIVRE ET AMPLIFIER L’ACTION

La grève et les manifestations du 6 mai montrent la permanence d’une mobilisation importante. Elle demeure très révélatrice du climat de tension et des fortes inquiétudes dans le secteur de l’Education et de la recherche publique, notamment là où les personnels se sont engagés dans l’action depuis plusieurs semaines.

Si cette situation existe, c’est que le gouvernement s’obstine à ignorer avec mépris les revendications des personnels et de leurs organisations syndicales :

Contre :

L’absence de priorité à l’Education, aggravée par les annonces sur le budget 2004

Le passage en force concernant les assistants d’éducation

Le renforcement de la précarité de l’emploi

Le transfert de missions et de personnels conduisant au démantèlement du service public d’Education nationale

Pour

Le maintien et l’amélioration du niveau des pensions

Un vrai droit à la retraite à 60 ans (55 ans pour les services actifs)

La défense des principes fondamentaux du code des pensions

Cette mobilisation doit se poursuivre aussi bien sur les questions d’éducation, de service public que de retraites. Il s’agit de construire un mouvement dans la durée, rassemblant le plus largement possible et s’appuyant sur les initiatives prises au plan local.

Les organisations syndicales appellent donc les personnels :

à poursuivre, étendre, et amplifier le mouvement de grève et de manifestation

à participer à la réussite de l’action interprofessionnelle du 13 mai sur les retraites

Elles apportent leur soutien aux collègues des écoles et établissements qui ont déjà décidé de reconduire la grève.

Les organisations syndicales appellent les collègues du Val d’Oise à reconduire la grève dans le cadre des assemblées générales où ils se retrouveront.

Trouvé sur Internet... Juste pour rire un peu

Cette année, pour mes 67 ans, mes quarante-deux élèves de cours préparatoire se sont cotisés pour m’offrir une canne. Cela m’a fait bien plaisir car je commence à avoir du mal à les suivre quand on fait des rondes. Je leur ai, exceptionnellement, fait un bisou pour les remercier. Une circulaire ministérielle nous l’interdit pour éviter les accusations de pédophilie. Vous avez bien lu : quarante-deux élèves. Eh Oui ! Depuis quelques années, les départs en retraite ne sont plus remplacés, alors on compense... L’énorme brouhaha des bambins ne gène pas ma collègue de 71 ans, car cela fait déjà dix ans qu’elle est sourde !... Et puis depuis sa fracture du col du fémur elle ne sort plus en récréation ; la prothèse de hanche étant trop chère pour la sécu le docteur lui a directement soudé le fémur sur le bassin. On la pose dans sa classe le matin et puis on la sort le soir quand on a terminé la correction des cahiers et le balayage des classes. C’est moi qui suis chargé d’y penser car le directeur n’a plus toute sa tête, il serait capable de l’oublier. Depuis qu’on a supprimé sa décharge de direction il a repris sa classe de cours moyens, il en est très content, il dit que le niveau scolaire des élèves monte continuellement et que c’est pour lui un grand motif de satisfaction. Personne n’a encore osé lui dire qu’il donne à chaque fois les mêmes contrôles. C’est fou ce que la maladie d’Alzheimer fait de ravages. Les élèves ont été un peu surpris au début et puis ils s’y sont fait. Nous aussi on a été un peu surpris au début, son ordre du jour des conseils de maîtres est invariablement consacré à la lecture du livre de Monsieur Luc Ferry ; mais c’est un bon exercice : on y découvre des fautes de français à chaque lecture. Je fais partie d’une famille où l’on est enseignants depuis quatre générations. Mon fils de trente ans voudrait rentrer à l’Education Nationale, mais il n’y a pas de place. Je lui ai conseillé de faire une carrière militaire de quinze ans. Il pourra ainsi rentrer à l’Education Nationale grâce à un emploi réservé. J’espère qu’il suivra mon conseil car c’est actuellement la seule filière possible. L’année prochaine, je pars en retraite. Bien obligé, la prostate me joue des tours ; je ne suis plus étanche et je sens bien que ça empire, pour cette année les couches super absorbantes vont suffire mais ça ne va pas durer, heureusement qu’on n’a pas l’occasion de rire sinon j’imagine le pire. Ma maigre pension va m’obliger à rester devant une télé insipide. Moi qui avais rêvé de voyages vers des pays lointains... Les statistiques disent que les enseignants ont une plus grande espérance de vie ; les journées risquent d’être longues... mais j’y pense ! Si j’allais faire la surveillance dans un lycée, peut-être que les lycéens me fileraient un peu d’herbe pour voyager pas cher ? On nous a longtemps appelés "les hussards de la république" ; aujourd’hui, nous sommes "les usés de la république"

FAEN, FERC-CGT, FSU, SGEN-CFDT, UNSA-Education Communiqué de presse

La mobilisation toujours aussi forte des personnes de l’Education et de la Recherche publique appelle des réponses urgentes et précises sur l’ensemble de leurs revendications portées :

- d’une part au plan de l’Education :

- priorité à l’éducation

- retrait du projet de loi sur les transferts des personnels

- MI-SE- et Aides-Educateurs

- D’autre part au plan des retraites.

La FAEN, la FERC-CGT, la FSU, le SGEN-CFDT, l’UNSA-Education exigent l’ouverture de négociations.

Elles s’adressent solennellement au Premier Ministre pour qu’il réunisse au plus vite une table ronde avec l’ensemble des organisations représentatives et apporte les réponses concrètes que les personnels attendent.

Elles appellent les personnels à poursuivre l’action et maintenir la pression.

Le 27 Mai, jour de la réunion du Comité Interministériel sur l’Education, doit être l’occasion de fédérer encore une fois les actions dans une grande journée de grèves et de manifestations.

La FAEN, la FERC-CGT, la FSU, le SGEN-CFDT, l’UNSA-Education appellent à réussir la manifestation nationale du 25 Mai pour l’avenir de nos retraites.

PARIS, le 22 Mai 2003 (16 h. 30).

vendredi 23 mai

Rassemblement départemental

Préfecture Cergy

Plus de 1 500 collègues pour un rassemblement revendicatif et bruyant !

La délégation, qui a été reçue pendant 1 heure par M. le Préfet et M. l’Inspecteur d’Académie, a présenté les éléments de la plate-forme (priorité à l’éducation budget, assistants d’éducation, décentralisation, retraites...), insistant sur l’ampleur de la mobilisation et le malaise de la profession. Le Préfet s’est engagé à faire remonter ces éléments au niveau gouvernemental. Concernant la décentralisation, l’accent a été mis sur les craintes concernant le transfert des missions.

vendredi 23 mai, Parvis de la Préfecture du Val d’Oise : 1 500 personnes

Bruyant !

...

dimanche 25 mai...

ENORME !

autre photo 1

autre photo 2

autre photo 3

autre photo 4

Dimanche 25 mai

manifestation nationale

Départ midi place de la Nation

Point de rendez vous FSU Région Parisienne :

Angle place de la Nation et rue Fabre d’églantine et dans l’avenue Bel Air (sud est de la place).

Nous défilerons dans l’ordre suivant Versailles Paris Créteil.

Au sein de Versailles, le 92 sera en tête suivi du 95...

Il nous faudra réussir un cortège dynamique, bruyant et revendicatif.

Nous vendrons des casse croûte pour remplir un peu les caisses du syndicat

L’UD CGT et les sections départementales de la FSU et de l’UNSA appellent à des départs collectifs dans les localités

Voir la liste des rendez-vous de départs groupés

Mardi 27 mai manifestation 14h place d’Italie JOURNEE NATIONALE D’ACTIONS et de GREVES DECLARATION COMMUNE CGT/Cgt-FO/UNSA/FSU Depuis plusieurs mois, les organisations syndicales ont fait connaître leurs exigences pour une réforme des retraites porteuse de progrès social et de solidarité. Les présentations mensongères, à grand renfort de publicité et de déclarations ministérielles, n’y changeront rien : sans ressources supplémentaires, sans une nouvelle répartition des richesses, les salariés vont subir une baisse considérable de leur retraite et une mise en cause de nombre de dispositions qui assuraient la solidarité.

Le projet présenté par le gouvernement le 7 Mai et amendé de manière marginale ne répond pas à ces exigences. Il demeure conditionné par la volonté de la réduction des dépenses sociales et publiques.

Deux jours avant la manifestation nationale à Paris et les initiatives du 25 Mai 2003 qui s’annoncent très importantes, les organisations syndicales (CGT/Cgt-FO/UNSA/FSU) appellent les salariés à y participer massivement.

Elles affirment leur soutien à l’ensemble des actions en cours et demandent aux salariés du public et du privé d’assurer la réussite des actions et grèves qui auront lieu la semaine prochaine, en particulier le 27 Mai à la veille du Conseil des Ministres.

Les organisations syndicales (CGT/Cgt-FO/UNSA/FSU) réaffirment qu’elles sont prêtes à tout moment à négocier une autre réforme répondant aux attentes des salariés du public et du privé. Elles demandent donc instamment au gouvernement d’engager de véritables négociations et de surseoir à l’inscription du projet à l’ordre du jour du Conseil des Ministres.

Dans l’hypothèse où ces demandes ne seraient pas entendues, les organisations syndicales conviennent de se retrouver de nouveau le 28 Mai pour examiner les modalités d’une amplification du mouvement dont l’objectif demeure l’ouverture de négociations avec le gouvernement permettant de garantir l’avenir de nos retraites.

PARIS, le 23 Mai 2003.

Le Conseil National du SNUipp appelle à faire du 27 mai, jour de la réunion du comité interministériel sur l’éducation et le métier d’enseignant et veille du conseil des ministres adoptant le projet de loi sur les retraites, une nouvelle journée nationale de mobilisation unitaire

Voir le texte action du CN

"Déclaration" du Premier Ministre : Réaction de la FSU

J.P.Raffarin sourd aux revendications

Les personnels de l’Education Nationale attendaient beaucoup du Comité Interministériel sur l’Education. Ils avaient clairement formulé leurs exigences et la force de cette journée de grève et de manifestations a bien montré leur détermination.

Le Premier Ministre n’a pas répondu à ces attentes. Tout en tenant un discours lyrique sur le métier d’enseignant, il n’annonce rien de nouveau ni sur la décentralisation pour laquelle il propose une pseudo négociation sur la seule mise en œuvre - ce que nous refusons depuis le 14 mars- ni sur les retraites où il se contente de répéter et justifier le contenu de son projet de loi, ni sur les moyens pour rendre effective la priorité à l’Education, ni sur les MI-SE et aides éducateurs qu’il ignore totalement, ni sur la loi sur l’ " autonomie " des universités.

Répétant à l’envi les mots " entendre " et " écouter " il continue de faire preuve de surdité. Il fait le choix de l’impasse et porte la responsabilité de la prolongation et du durcissement du conflit.

La FSU confirme son appel à poursuivre les actions et les grèves et sa proposition d’une nouvelle journée d’action tant au plan de l’Education qu’au plan interprofessionnel le 3 juin.

Communiqué de presse, Paris, le 27 mai 2003

Mardi 27 mai :

cortège FSU Val d’Oise toujours aussi dynamique et visible...

 

16 visiteurs en ce moment

*Top

SNUIPP95 - Maison des Syndicats 26 rue Francis Combe 95014 Cergy Cedex - tél. 01 30 32 21 88 - Fax :01 30 32 39 12

snu95@snuipp.fr


©Copyright 2006 - SNUipp-FSU 95 , tous droits réservés.