www.snuipp.fr

SNUipp-FSU 95

Recherche par mots clé

Vous êtes actuellement : Archives  / Archives 2004 à 2006 

fontsizeup fontsizedown impression s'abonner  à la rubrique {}
16 décembre 2005

ZEP : vraie fausse relance

En réponse à la crise des banlieues, Gilles de Robien vient de présenter ses propositions pour les zones d’éducation prioritaire. En l’absence de toute concertation !

Dans le droit fil des mesures précédentes du gouvernement, notamment la loi Fillon, ce dispositif se caractérise par l’absence de mesures en faveur de l’école maternelle et élémentaire alors que chacun s’accorde à penser que la réussite scolaire se construit dès le plus jeune âge. D’ailleurs le ministre confie le pilotage de la politique d’éducation prioritaire au collège.

Comment croire que l’on va vers plus de réussite scolaire en interdisant une méthode de lecture qui n’est pratiquement plus utilisée, en veillant à « faire parler chaque enfant à différents moments de la journée » à l’école maternelle, en rendant obligatoire les heures d’étude, en implantant des postes en service partagé entre école et collège sans proposer de mesures visant à favoriser les apprentissages pendant le temps scolaire ?

Les 1000 enseignants « supplémentaires » interviendront-ils dans les 200 collèges « ambition réussite » et les 1400 écoles qui font partie de leur secteur de recrutement ? Ces établissements ne représentent qu’un quart des établissements actuellement classés en ZEP ( 1100 collèges et 7115 écoles). Non inscrits au budget 2006 ces postes risquent d’être créés par redéploiement. Que deviendront les écoles non concernées par le nouveau dispositif ? Avec l’ apprentissage ou la découverte professionnelle dès la quatrième le ministre accentue la possibilité de sortie précoce du système éducatif. La possibilité de déroger à la carte scolaire pour les « meilleurs » élèves tient lieu de toute politique de mixité sociale.

Les principales propositions des enseignants des écoles en faveur de la réussite de tous ont été ignorées : abaisser significativement les effectifs par classe, développer la scolarisation dès l’âge de deux ans, favoriser le travail en équipe en dégageant du temps de concertation et en affectant plus de maîtres que de classes, développer la formation continue, l’accompagnement des équipes.

Le SNUipp informera les enseignants des écoles. Pour une véritable relance de la politique des ZEP, le ministre serait inspiré d’ entendre enfin les propositions des personnels.

 

24 visiteurs en ce moment

*Top

SNUIPP95 - Maison des Syndicats 26 rue Francis Combe 95014 Cergy Cedex - tél. 01 30 32 21 88 - Fax :01 30 32 39 12

snu95@snuipp.fr


©Copyright 2006 - SNUipp-FSU 95 , tous droits réservés.