www.snuipp.fr

SNUipp-FSU 95

Recherche par mots clé

Vous êtes actuellement : Archives  / Archives 2004 à 2006 

fontsizeup fontsizedown impression s'abonner  à la rubrique {}
19 janvier 2006

Déclaration de la FSU au CDEN

Déclaration de la FSU au CDEN du 13/01/2006

Le département du Val d’Oise bénéficie d’une dotation pour le premier degré de 39 postes pour une prévision de 1022 élèves en plus à la rentrée 2006. Avec une telle dotation notre département peut sembler privilégié. Mais comment oublier que seuls 11 postes ont été attribués en 2005 pour plus de 1000 élèves et qu’en 2004 le département s’était vu retirer 24 postes alors que 1640 élèves supplémentaires étaient inscrits....

Ainsi malgré cette dotation positive le taux d’encadrement P/E baisse, ce qui marque une dégradation du Service Public d’Education. L’harmonisation des P/E sur les 4 départements décidée par M. le Recteur ne peut être la référence dans une académie caractérisée par des disparités territoriales et sociales qu’un indicateur comme le P/E ne prend pas en compte.

La coexistence, à l’intérieur même des départements, de zones aux contrastes marqués nécessite une prise en charge particulière. Seule une meilleure dotation académique peut répondre à cet impératif. Ce n’est pas le cas.

Au delà c’est bien le budget de l’Education Nationale dans sa globalité qui est notoirement insuffisant puisqu’en définitive seulement 740 postes ont été accordés pour 34 000 élèves attendus dans les écoles.

De même la réduction du nombre de places aux différents concours va à l’encontre des attentes des personnels de l’éducation qui portent une autre ambition pour l’école afin qu’elle soit en capacité de répondre aux exigences sociales nouvelles.

Concernant les ZEP, les mesures annoncées s’inscrivent dans le cadre de la réduction des moyens et des ambitions pour les enfants les plus en difficultés. Cela se traduit par la définition plus restrictive du périmètre ZEP et une logique de traitement individuel, en lieu et place d’une logique de traitement du retard de certains territoires et des conséquences sur leur population.

Nous sommes particulièrement inquiets de voir la manière dont notre Ministre aborde la question sensible de la lecture qui fait le cœur de notre métier. Après ses déclarations, le SNUipp a pris l’initiative d’un appel "Assez de polémiques, des réponses sérieuses !" qui rassemblent les syndicats du premier degré, les mouvements pédagogiques, des organisations de parents, d’Education Populaire et de chercheurs. Le Ministre n’a pas cédé d’un pouce et a publié la circulaire. Le Ministre prend aisni le risque de semer la confusion dans l’esprit des familles, fragilisant dans leur démarche de construction de savoirs des dizaines de milliers d’élèves. Cette attitude participe de la définition d’une école que nous refusons, remet en cause la liberté pédagogique, discrédite la pédagogie.

Face à l’émoi provoqué dans la profession par sa méconnaissance des pratiques et ses injonctions pédagogiques, le SNUipp FSU appelle l’ensemble des collègues et des formateurs, à s’en tenir aux programmes de 2002 et à refuser les injonctions ministérielles. D’autres points d’inquiétude ou de mécontentements comme la politique salariale à l’égard des fonctionnaires par exemple auraient pu trouver place dans cette déclaration...

Des actions syndicales unitaires sur ces questions sont en préparation.

La grogne monte dans les écoles du Val d’Oise.

Nous attendons que vous fassiez remonter ces informations aux autorités ministérielles.

 

9 visiteurs en ce moment

*Top

SNUIPP95 - Maison des Syndicats 26 rue Francis Combe 95014 Cergy Cedex - tél. 01 30 32 21 88 - Fax :01 30 32 39 12

snu95@snuipp.fr


©Copyright 2006 - SNUipp-FSU 95 , tous droits réservés.