www.snuipp.fr

SNUipp-FSU 95

Recherche par mots clé

Vous êtes actuellement : ASH  / Actualité 

fontsizeup fontsizedown impression s'abonner  à la rubrique {}
15 octobre 2018

RIS spéciale inclusion : compte rendu

Le SNUipp-FSU 95 a organisé une RIS spéciale inclusion à destination de toutes et tous (enseignant.es, AESH et AVS) avec à l’ordre du jour : le bilan de la loi d’orientation, l’état des lieux dans les classes, les écoles, ce que porte et revendique le SNUipp-FSU et les perspectives d’actions. Compte-rendu

La loi d’orientation de 2013 a fait de l’inclusion une priorité pour l’école. La scolarisation du nombre d’enfants en situation de handicap a très rapidement augmenté et l’objectif d’une société plus inclusive est désormais acquis.

MAIS sa mise en œuvre à l’école reste complexe, pour les enseignant.es, les AVS, les élèves et les familles.

Les applications de cette loi ont modifié le métier d’enseignant, les pratiques et les missions, que l’on travaille en classe ordinaire ou en classe spécialisée.

L’investissement pour améliorer l’inclusion est bien en-deçà de ce qu’on pourrait attendre d’un pays développé comme le notre. Faute des moyens nécessaires, on constate une dégradation des conditions d’apprentissage et de travail des enseignant.es. C’est souvent une classe entière voire une école qui est mise à mal.

Des enseignant.es et des AVS se sont donc réunis ce mercredi 10 octobre à l’initiative du SNUipp-FSU 95 pour évoquer l’inclusion des élèves en situation de handicap et des élèves à besoins particuliers dans les écoles.

Nous avons d’abord rappelé l’historique de l’inclusion.

Autrefois, lorsqu’on parlait des personnes en situation de handicap ou atteintes de troubles on parlait alors d’exclusion, puis on a pratiqué très longtemps la séparation.

En 1987, on parle d’intégration et c’est en 2011, que par le biais de la création des Ulis on parle enfin d’inclusion.

Depuis la loi du 8 juillet 2013, le principe de l’inclusion scolaire de tous les enfants sans aucune distinction figure au 1er article du code de l’éducation.

L’objectif de cette réunion était de faire remonter la manière dont les collègues vivent cette nouvelle modalité dans les classes. Les écoles qui accueillent des Ulis, les écoles qui accueillent des élèves en situation de handicap ou à besoins éducatifs spécifiques, les établissements spécialisés et donc tous les personnels qui y travaillent étaient invités à nous faire partager leur quotidien.

La réunion a ainsi permis aux collègues d’avoir un espace de parole qui manque depuis plusieurs années malgré des changements profonds constatés dans les écoles.

Les délégués du personnel du SNUipp-FSU 95 remarquent depuis plusieurs années le désarroi de nombreux collègues, voire d’écoles qui accueillent des enfants en situation de handicap ou avec des troubles du comportement dans leur classe et qui ne savent plus comment s’y prendre au quotidien.

Alors que l’inclusion de tous les élèves devrait être vécue comme un réel progrès pourquoi est-ce une telle charge pour les enseignants ?

Les collègues enseignant.es et AESH présent.es ont à nouveau fait part de leur désarroi, souvent de la solitude et parfois même de la violence qu’elles/ils subissent. A chaque fois elles/ils évoquent un sentiment de culpabilité lorsqu’elles/ils ont le sentiment de ne pas parvenir à aider ces élèves en particulier, ni toute la classe.

Les raisons évoquées pour expliquer ces constats sont nombreuses :

- nombre d’élèves par classe qui ne cesse d’augmenter, non prise en compte des élèves d’ULIS dans le comptage des effectifs en classe ordinaire (le SNUipp-FSU demande le double comptage)
- Rased incomplets et insuffisants, manque d’enseignant.es référent.es
- manque de formation initiale
- formation CAPPEI avec tronc commun des spécialités
- manque de temps de concertation entre la/le coordo d’ULIS et les autres enseignant.es, entre les enseignant.es et les AVS
- manque de temps pour la/le directrice/teur
- accumulation des dispositifs (ULIS/UPEAA...)
- manque (souvent absence) de médecins scolaires
- méconnaissance des aides possibles (dispositifs PAS)
- temps de traitement des dossiers MDPH
- temps de recrutement des AVS (même si ce n’est pas une finalité en soi)
- manque de places en établissements spécialisés
- familles démunies

On ne peut qu’en arriver à la conclusion suivante : l’école inclusive ne peut pas fonctionner correctement si l’ École va mal.

Lors de notre audience avec le DASEN le 17 septembre, nous avions demandé la tenue d’un groupe de travail ASH. Le DASEN avait donné un accord de principe mais nous n’avons pas de date fixée dans le calendrier provisoire transmis. Si ce groupe de travail tarde trop, le SNUipp-FSU 95 s’est engagé à demander une nouvelle audience auprès du DASEN et des IEN ASH afin de porter à nouveau ce « mal-être enseignant » et les difficultés rencontrées au quotidien par les collègues.
- relire le compte-rendu de l’audience avec le DASEN

 

27 visiteurs en ce moment

*Top

SNUIPP95 - Maison des Syndicats 26 rue Francis Combe 95014 Cergy Cedex - tél. 01 30 32 21 88 - Fax :01 30 32 39 12

snu95@snuipp.fr


©Copyright 2006 - SNUipp-FSU 95 , tous droits réservés.