www.snuipp.fr

SNUipp-FSU 95

Recherche par mots clé

Vous êtes actuellement : Actualites 2018-2019 

fontsizeup fontsizedown impression s'abonner  à la rubrique {}
13 novembre 2018

CTSD du 8 novembre 2018 : bilan de rentrée

Lire la déclaration de la FSU et le compte-rendu

Élections professionnelles du 29 novembre au 6 décembre Je vote SNUipp et FSU

En amont des travaux, la FSU a fait une déclaration liminaire.

Plusieurs points ont été développés :


- la violence dans les établissements et les écoles : Le grave incident fortement médiatisé survenu dans un lycée de Créteil a permis de libérer la parole de nombreux collègues. Cet acte n’est donc pas un acte isolé, un simple fait divers, il est la partie visible des violences quotidiennes auxquelles nous devons faire face dans les établissements et dans les écoles. Pour remédier à cette situation, le gouvernement a choisi la pire des méthodes, la réponse policière. Ce sont des professeurs, des enseignant.es spécialisé.es, des AED, des CPE, des infirmier.e.s, des assistant.e.s social.es.aux, des médecins scolaires ...formé.e.s et avec un statut dont ont besoin les établissements et les élèves. Le climat scolaire se dégrade très rapidement dans le département, les moyens supplémentaires qui nous sont alloués par le rectorat sont largement insuffisants pour offrir des conditions de travail et d’apprentissage respectueux des personnels et des élèves.

- Crise du recrutement et recours aux contractuel.les : Notre département manque cruellement de professeur.e.s formé.e.s et avec un statut : ce sont 4500 contractuels que le Rectorat a recrutés dès l’été dont un bon tiers exerce depuis la rentrée dans le Val d’Oise. Ce manque d’attractivité de nos métiers est organisé par le gouvernement qui persiste à bloquer le point d’indice et à refuser d’améliorer les conditions de travail.

- Report des mesures PPCR par le gouvernement : Le PPCR aurait dû permettre d’améliorer les conditions d’avancement et de rémunération des personnels, mais ce gouvernement reporte aux calendes grecques une part non négligeable de l’accord et ajoute la question du mérite quasi systématiquement dans les promotions !

- Manque de médecin de prévention : Et quand les personnels sont à bout, un seul médecin de prévention est en poste dans le Val-d’Oise !
- Introduction d’entreprises privées dans les écoles et els établissements : Nous nous élevons également contre la volonté de permettre d’introduire des entreprises privées dans les établissements sous couvert d’aides pédagogiques ( Agir pour l’école par exemple). Que cela se fasse sous l’égide de l’Éducation Nationale ou de la Région Île-de-France ne change rien, ce phénomène doit cesser. Ce sont les enseignant.es qui doivent avoir les moyens d’apporter un enseignement de qualité aux élèves.
- Grève du 12 novembre : Revoir cette politique budgétaire et éducative sera au cœur de notre engagement dans les mobilisations à venir, et ce, dès le 12 novembre prochain à l’appel de la totalité des syndicats de l’Éducation Nationale suite à l’initiative de la FSU et de ses syndicats. Les parents d’élèves de la FCPE soutiennent ce mouvement.

Plus spécifiquement pour le premier degré :

- L’insuffisance de moyens : Dans le Val d’Oise, 286 postes ont été alloués à cette rentrée. Ceux-ci ont en grande partie servi à répondre à la croissance démographique (+1280 élèves à cette rentrée) et au dédoublement des CP en REP et CE1 en REP+. Force est de constater que cette dotation est bien insuffisante au regard des besoins de notre département. Les collègues nous disent à quel point les conditions d’exercice et d’apprentissage continuent de se dégrader. Les effectifs dans les classes, hors CP et CE1 12 ne baissent pas, que ce soit en maternelle ou en élémentaire. La disparition des « plus de maîtres », les Réseaux d’aide incomplets, l’inclusion sans les moyens nécessaires, le manque de formation et de remplaçant.es sont autant de difficultés pour s’attaquer vraiment aux inégalités scolaires et permettre la démocratisation de la réussite de tous nos élèves.

- Budget et priorité au primaire : «  S’ajoute à cela le projet de budget qui n’augure aucune amélioration ! L’affichage d’une pseudo priorité au primaire traduite par l’annonce d’une dotation de 2 325 postes dans le premier degré est surtout médiatique. La réalité est toute autre. Le SNUipp-FSU a chiffré à 4 000 le nombre de postes nécessaires pour finaliser le dédoublement des CP et CE1. Affirmer donner la priorité au primaire ne peut pas être qu’un slogan. Cette priorité doit se traduire concrètement et sans prendre sur les moyens du secondaire. L’école primaire française reste largement sous-investie, elle doit faire l’objet d’un engagement financier massif pour mener les transformations nécessaires d’une école toujours marquée par des inégalités insupportables. C’est bien d’une priorité au rabais dont il est question.  »

- Lire la déclaration complète de la FSU

Concernant les phénomènes de violence, l’IA-DASEN répond que dans le Val d’Oise, des faits sont signalés chaque jour. Il ajoute que sa volonté est et sera toujours de privilégier l’éducatif au "tout sécuritaire". Il explique également que les forces de police dans notre département sont "plutôt bien à leur place" et interviennent "au service de l’éducation nationale".


BILAN DE RENTRÉE 2018

1-Evolution des effectifs

Il existe des disparités importantes entre les 4 départements de l’académie ; pendant que le 78 et le 92 connaissent une baisse notable de leurs effectifs, le 95 et le 91 continuent de connaitre une hausse importante d’élèves : +1280 dans le 1er degré dans notre département. La hausse en maternelle semble se stabiliser, elle est beaucoup plus significative en élémentaire, et un écart total par rapport à la rentrée 2015/2016 tous niveaux confondus qui s’élève à 3826 élèves de plus.

Cela a bien entendu des conséquences sur la scolarisation des élèves et sur les conditions de travail des personnels !

Le DASEN rappelle que la dotation départementale a représenté 47% de la dotation académique. Il portera encore une demande de moyens importants pour la prochaine rentrée.

En réponse à nos remarques sur les effectifs chargés particulièrement en maternelle et en élémentaire en particulier avec l’intégration des élèves d’ULIS, le DASEN transmet un tableau de moyennes par classe. ces moyennes ne peuvent être de réelles bases de travail pour la carte scolaire, elles ne reflètent absolument pas les réalités dans les écoles !

- Tableau de la moyenne par classe

2015 2016 20172018
Pré-élémentaire 25,89 25,73 25,7325,51
élémentaire 24,83 24,87 24,42
élémentaire avec CP/CE1 12 hors ULIS 24,87 24,4222,86
élémentaire hors CP/CE1 12 et hors ULIS 24,87 24,8124,71
élémentaire hors CP/CE1 12 avec ULIS 25,10 25,0324,95

- Scolarisation obligatoire dès 3 ans :

Le gouvernement choisit de rendre obligatoire la scolarisation dès 3 ans. Dans notre département et à l’image de la France, la quasi totalité des enfants de 3 ans sont scolarisés : 96.14% Les enquêtes auprès des familles montrent leur attachement à cette école première dans la réussite du parcours de leurs enfants. Cette annonce ne dit rien en revanche sur la question incontournable de la qualité de cette scolarisation en termes de moyens (humains et matériels, baisse des effectifs, accompagnement...).

Faut-il voir par ailleurs dans cette annonce une remise en cause de l’accueil des moins de 3 ans et des dispositifs créés sous le quinquennat précédent ? Cette scolarisation précoce permet pourtant aux élèves les plus fragiles de développer les compétences langagières et sociales, de renforcer les liens entre l’école et les familles et contribue à réduire les inégalités.

Dans le département, 797 enfants de moins de 3 ans sont scolarisés soit 4.12% de la démographie totale, dont 732 en éducation prioritaire.

- Scolarisation des élèves en situation de handicap

Les effectifs (2718 élèves) indiquent une baisse de 54 élèves en situation de handicap scolarisés en milieu ordinaire. Ces chiffres ne reflètent absolument pas la réalité de ce que nous vivons au quotidien dans nos classes !

Le DASEN en convient, nous avons demandé qu’une analyse précise soit faite sur cette "pseudo baisse".

Le nombre d’élèves scolarisés dans un dispositif ULIS se stabilise : 831 (pour 826 l’an dernier). Le SNUipp-FSU 95 émet l’hypothèse que l’inclusion systématique sans moyen d’accompagnement pourrait conduire des équipes de suivi de choisir de maintenir l’élève dans une classe ordinaire pour qu’il puisse continuer de bénéficier d’un accompagnement individuel.

- 1483 élèves sont scolarisés en établissement spécialisé, soit 82 élèves de plus que l’an dernier.

2-les moyens

- 512 classes de CP12 et 60 CE1 12 :

Cette année, comme nous l’avons dit dans notre déclaration la dotation a été absorbée par la hausse démographique et par le déploiement des classes à 12 donc au détriment des autres postes (suppression de la mission des maîtres supplémentaires, réseaux d’aide ...)

- Bilan des mesures de carte scolaire : 419 ouvertures et 98 fermetures.

Rappel : Depuis l’an dernier, les ouvertures/fermetures prononcées en juin et en septembre sont définitives. Par contre les collègues nommés sur les ouvertures le sont à titre provisoire.

- accompagnement des élèves en situation de handicap

- 2555 élèves du premier degré sont accompagnés dans le cadre de leur scolarité individuelle en milieu ordinaire.

- 784,04 ETP (emplois temps plein) d’AESH-I
- 30,14 ETP d’AESH-CO
- 85,9 ETP d’AESH mutualisés
- 686 emplois aidés

- à ce jour, 350 élèves dont 163 dans le 1er degré qui ont une notification sont toujours en attente d’accompagnement !

Le DASEN signale une vraie difficulté de recrutement des AESH au niveau départemental et renvoie que ce n’est pas un problème de moyens. Nous sommes intervenus sur la situation précaire de nos collègues. On peut comprendre que ces emplois non statutaires, non pérennes et sans formation puissent ne pas attirer suffisamment de personnes !

Élections professionnelles du 29 novembre au 6 décembre Je vote SNUipp et FSU

VOUS UTILISEZ LES OUTILS DU SNUipp-FSU 95 ?
PNG - 15.8 ko

JOUEZ LE JEU : SYNDIQUEZ-VOUS !

Les seules ressources du SNUipp sont les cotisations de ses adhérent-es.

Vous pouvez contribuer à renforcer cet outil collectif en vous syndiquant dès maintenant : syndiquez-vous !

Je clique et je me syndique !

 

36 visiteurs en ce moment

*Top

SNUIPP95 - Maison des Syndicats 26 rue Francis Combe 95014 Cergy Cedex - tél. 01 30 32 21 88 - Fax :01 30 32 39 12

snu95@snuipp.fr


©Copyright 2006 - SNUipp-FSU 95 , tous droits réservés.