Retour accueil

Vous êtes actuellement : La classe, le métier  / La classe  / Outils 


envoyer l'article par mail envoyer par mail

Informatique en classe entière

Comment mener une séance en salle informatique avec une classe entière ?

Comment mener une séance en salle informatique avec une classe entière ?

SOMMAIRE :

L’enseignant et sa classe : cadre législatif

L’organisation matérielle

Les types de séance

Le rôle de l’enseignant

L’évaluation

 

L’enseignant et sa classe : cadre législatif

- L’utilisation de la salle informatique, présuppose la signature d’une charte par les élèves et par les adultes, qui fixe les droits et les devoirs dans l’usage de l’informatique et de l’Internet.(item du B2i)

- Pour la réalisation d’un site, d’un Cdrom, les parents doivent avoir donné leur autorisation de diffusion (images, son, créations) cf article : http://neo.snuipp.fr/tice-et-legislation

- Navigation sur Internet  : ne jamais laisser les enfants seuls ; la recherche sur Internet relève d’un acte d’enseignement , utiliser des sites préselectionnés, une recherche par mots-clés doit avoir été faite préalablement par l’enseignant, paramétrer le filtrage adulte sur les moteurs de recherche, proscrire autant que possible l’onglet images dans les recherches. En cas d’ incident : Découverte d’images ou de contenus pornographiques, à caractère violents, racistes même si les salles informatiques sont sécurisées et l’accès internet est filtré, il peut y avoir des incidents : Dans ce cas éteindre rapidement l’écran, et contacter son inspection.

retour sommaire

 

L’organisation matérielle

Ce ne sont pas des ordinateurs de fond de classe : il ne s’agit pas d’utilisations spontanées des machines dans le prolongement immédiat de l’activité au sein de la classe (rechercher une information ...). Il s’agit de séance organisée au même titre qu’une séance d’histoire au sein de la classe.

La meilleure disposition de la salle est de placer les ordinateurs tout autour, avec suffisamment de tables au centre pour tous les élèves.

Deux configurations possibles :

  • Une partie des élèves sur les postes, une autre occupée à une autre activité.

- Le travail est distribué avant (en classe) et les élèves savent en arrivant où ils doivent s’asseoir.

- Prévoir un des deux groupes en autonomie. (Le plus gérable est de mettre en autonomie, le groupe qui ne travaille pas sur les ordinateurs)

- Les groupes autonomes commencent. Aide de l’enseignant pour les élèves ayant besoin d’encadrement (le plus souvent les élèves sur l’outil informatique).

- Il peut y avoir dans la salle des affiches (ou des fiches) rappelant comment on fait pour « enregistrer sous », « copier-coller » « insérer une image » avec des copies d’écran. Certains élèves peuvent aider les autres.

  • Tous les élèves sur les postes (2 par machine) « Dans la pratique, on constate qu’en binôme, les élèves sont, plus efficaces ; le travail demandé est réalisé plus rapidement. Une véritable collaboration se crée entre élèves : même si l’un des deux enfants semble plus à l’aise avec l’outil informatique que son partenaire, le partage des rôles reste équilibré. Les échanges sont fréquents »

- Les élèves arrivent, s’installent sur les tables du centre, déposent leurs affaires et écoutent les consignes ou les consignes sont données préalablement en classe. Il faut savoir que dès que les élèves sont devant la machine, ils ne sont plus du tout en position d’écoute !

- Ils s’installent ensuite devant les ordinateurs. Par deux. Selon le travail demandé les élèves travaillent ensemble et alternent les rôles (écriture avec le clavier et relecture de ce qui est tapé, ou les exercices sont réalisés en alternance)

- En fin de séance, on peut refaire une partie collective, pour discuter du travail effectué (en classe ou dans la salle informatique sur les tables installées au centre)

retour sommaire

 

Les types de séance

  • La mise en œuvre de séances d’entraînement systématique ou de remédiation sur des logiciels, des activités en ligne ou des exerciseurs en ligne

Ces logiciels peuvent être utilisés à différentes moment d’une séquence : exercices d’entraînement, de réinvestissement, de remédiation ou d’évaluation

Ils peuvent être un outil de différenciation pédagogique : varier les supports, programmer les parcours d’apprentissage (contrat), varier le niveau de difficulté,

L’utilisation de la salle informatique pour cet usage a un atout : - Possibilité de proposer simultanément ou presque à tous les élèves (sur une séance ou deux par exemple) des cycles de travail sur des exercices systématiques au moment où on étudie une notion

- effectuer des opérations en math

- exercices répétitifs de lecture ou de conjugaison en français avec une correction immédiate

exemples : http://neo.snuipp.fr/mathematiques-...

http://neo.snuipp.fr/grammaire-acti...

 

  • La mobilisation du groupe classe autour d’une activité ou d’ un projet de production

Ces activités prolongent et enrichissent le travail de classe : elles ne sont pas déconnectées de la classe.

Pour chaque production l’enseignant aura des objectifs d’apprentissage dans le ou les domaines disciplinaires et en informatique.

- Des projets d’écriture motivants, concrets

- Une démarche interdisciplinaire faisant appel à de multiples compétences

- Des élèves placés en situation de coopération et d’échange

- Les TICE utilisés comme outil au service du projet

- Des prolongements envisagés sur l’ensemble de l’année scolaire en salle informatique et dans le travail en classe.

- La présence d’un grand nombre de postes facilite la mise en place d’activités de productions numériques impliquant toute la classe.

  • Organisation préalable  : définition de l’activité et des objectifs – organisation du groupe classe et de la différenciation des activités- définition des conditions de travail en autonomie des élèves sur les ordinateurs ou sur les tables.
  • Pour le travail en autonomie : utilisation de tutoriels, coopération entre élèves

Exemples d’activités, de production dans différents champs disciplinaires

- Comptes-rendus multimédias d’activités : Compte rendu d’une visite avec insertion d’images (photos) et textes documentaires complétant la visite

- Journaux de classe

- Création d’albums : Réaliser un album, une bande dessinée, un dessin animé : écrire le texte et le mettre en images. exemples : http://www.ec-braque-montigny.ac-ve...

- Publication de pages web : site ou blog

- Arts visuels : création avec le logiciel gratuit photofiltre par exemple http://www.ien-sannois.ac-versaille...

- Correspondance scolaire

- Exploitation des supports rapportés d’une classe verte afin de produire un livre, une exposition.

- Réalisation de Défi Web (rallye web)

cf article http://neo.snuipp.fr/rallye-web-ini...

 

JPEG - 18.7 ko

cliquez sur l’icone ci-dessous pour acceder au document

PDF - 64.7 ko

retour sommaire

 

Le rôle de l’enseignant

- Organiser les séances

Définir la tâche et le rôle de chacun. Les objectifs visés (par rapport à la discipline et aux compétences du B2i)

Chaque groupe a son plan de travail qui rappelle ce qu’il a à faire : il est guidé par une fiche de travail rigoureuse. (feuille de route comparable à une recette de cuisine où chaque étape du travail est détaillée)

-  guider la séance

Trouver des indices pour « déterminer » le sérieux des sites, savoir utiliser l’information recueillie.

Apprendre aux élèves à retravailler les textes trouvés, à leur manière, en rapport avec des questions, un sujet, un objectif.

Les amener à réécrire l’information trouvée, pour les plus grands apprendre à utiliser intelligemment le copier/coller (leur faire ouvrir deux fenêtres : une avec le site, une avec leur document de travail.)

retour sommaire

 

L’évaluation, synthèse

A la fin de la séance (ou de plusieurs séances) mise en commun : ce qu’on a fait, comment on a fait ...)

De retour en classe, les connaissance acquises sont vérifiées et complétées par des textes documentaires ou des exercices d’application

Après plusieurs séances où une même compétence du B2I est utilisée, on peut valider l’attestation au fur et à mesure de la scolarité de l’élève.

retour sommaire

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 |