SNUipp-FSU 95
https://95.snuipp.fr/spip.php?article7880
Samuel PATY, n’oublions jamais
vendredi, 15 octobre 2021
/ SNUipp95

Nous ne devons jamais oublier cet événement tragique pour l’école de la République, nous devons être à la hauteur à la fois du traumatisme subi et des principes et des valeurs qui ont été attaqués à travers cet acte odieux.

L’école a pour mission de former des individus libres et égaux, avec des finalités d’émancipation par les savoirs et la raison. Elle permet de forger l’esprit critique des élèves, futurs citoyens.

Le rôle de Samuel Paty, comme de tout professeur, était d’accompagner chaque élève vers les progrès de la connaissance et de la conscience en confrontant les faits, les opinions, les analyses. C’est dans l’exercice même de cette mission essentielle qu’il a été assassiné.

Aujourd’hui, un an après, qu’est-ce qui a changé pour les collègues ? Pas grand-chose, alors que les personnels sont en première ligne et tiennent le service public à bout de bras. Au contraire, le ministre instrumentalise la laïcité avec une campagne grand public du ministère sensée promouvoir la laïcité mais qui oublie les fondements de ce principe.

La FSU a rappellé via un communiqué son opposition à toute instrumentalisation de la laïcité et souligne ses priorités : « reconnaître le travail poursuivi avec détermination par les enseignant-es et les agent-es pour donner à l’école sa finalité d’émancipation par les savoirs et la raison. Soutenir ce travail autant dans la réalité de ses difficultés quotidiennes que par une formation qui, dans le cadre des principes de 1905, accepte le pluralisme des analyses et favorise l’apaisement des débats. »

Enfin, pour la FSU « la question de la laïcité est indissociable de celles de l’égalité des droits et de la justice sociale. Elle renouvelle sa revendication d’un investissement majeur dans le service public largement plus favorable à la défense des valeurs d’une république laïque et sociale qu’une stratégie de communication des plus ambiguës. »

Un an après, nous avons une pensée particulière pour sa famille, ses ami.es, ses collègues et ses élèves.

JPEG - 56.7 ko
Samuel PATY

**************************************

Hommage à Samuel Paty

- Le ministère a publié mercredi 6 octobre en soirée une note aux recteurs concernant la commémoration de l’assassinat de Samuel Paty.

- Plus tôt dans la journée, les organisations syndicales avaient été conviées à une réunion d’échanges sur ce sujet auprès de la Dgesco.

- Le SNUipp-FSU y a rappelé quelques principes.

- La spécificité du public du premier degré doit être prise en compte lors de cette commémoration qu’il n’est pas possible de réaliser avec de jeunes enfants. Nous avons fait référence à l’imposition l’année dernière de la minute de silence dans certaines écoles avec toutes les tranches d’âge.

- Nous avons insisté sur le libre choix des enseignant·es à organiser ce moment et la nécessité de ne pas l’imposer dans toutes les classes. Par ailleurs, nous avons redit que le travail sur la liberté d’expression est un travail au long cours qui ne peut s’improviser.

- Le Dgesco a répondu à nos interrogations en nous assurant que ce temps n’aurait pas de forme contrainte, qu’il serait laissé à la main des équipes et qu’il n’y aurait aucune tonalité injonctive. Pour le premier degré, il ne pourrait se mettre en place qu’à partir du cycle 3.

- Au vu du courrier du ministre au recteur, il faut donc s’en tenir à la phrase : « Les écoles et les établissements pourront organiser un temps de recueillement en mémoire de Samuel Paty, et consacrer une heure de cours du vendredi 15 octobre 2021 à un temps d’échanges, dont le contenu sera laissé au choix des équipes en fonction de leurs situations respectives et en tenant compte notamment de l’âge des élèves. »

- C’est bien ce texte qui fait référence et aucune injonction d’IEN ne pourra donc déborder de ce cadre.

©Copyright 2006 - SNUipp-FSU 95 , tous droits réservés.